Spadel introduit un recours contre le permis d'exploitation de l'aérodrome de Spa

Spadel introduit un recours contre le permis d'exploitation de l'aérodrome de Spa
Spadel introduit un recours contre le permis d'exploitation de l'aérodrome de Spa - © DR

Spadel persiste et signe : le minéralier ne veut plus que des avions de loisirs survolent ses captages. Le minéralier spadois vient donc d’introduire un recours contre le permis d’exploitation de l’aérodrome de Spa.

Ce permis a été renouvelé début septembre par la Région wallonne. Il est donc valable pour les 20 prochaines années.

Le minéralier estime à 25.000 par an le nombre d’avions qui survolent ses sources. Dans un communiqué, Spadel déplore qu’aucune des solutions proposées pour éviter ce passage près des captages n’ait été acceptée.

Mais Spadel va plus loin. Il remet en cause l’existence même de l’aérodrome. "Si la situation financière de l’aérodrome devait s’avérer déficitaire", dit ce communiqué, "la question du maintien de l’exploitation se pose avec acuité, d’autant plus au regard des risques qu’elle est susceptible de causer."

La Ville répond

L’exploitation de l’aérodrome est concédée par la Ville de Spa à la SOWAER (la société wallonne de gestion des aéroports). Pour l’échevin spadois qui est responsable de ce dossier, le libéral Paul Mathy, le risque de pollution est pourtant minime : "on parle d’une probabilité d’un sur 175.000 mouvements et encore, même en cas d’accident, il faudrait que la pollution atteigne les sources et ça met des années. D’ailleurs, on a eu 3 accidents en 25 ans sur le site de l’aérodrome et jamais cette pollution n’a touché les captages." L’échevin souligne aussi le travail fait dans l’étude d’incidence qui balise les travaux, les aménagements et les précautions pour encadrer cette exploitation.

"Je crois qu’ils (Spadel) font tout pour ne plus que l’aérodrome existe. C’est une question de principe pour eux. Mais d’un autre côté, nous, Vile de Spa, nous sommes pour le maintien de l’aérodrome parce que nous considérons que c’est une attraction continuelle pour Spa, de l’emploi et je crois qu’il y a aussi des possibilités de développement de l’aérodrome parfois même dans d’autres domaines que l’aviation". L’aérodrome spadois, s’il garde son permis de longue durée pourrait même intéresser le privé en l’occurrence la société Sky Dive (parachutisme).

Le recours introduit par Spadel sera examiné par la Région wallonne. Il n’est pas suspensif.

Archive : Journal télévisé du 18/02/13

Spa : fermeture de l’aérodrome

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK