Spa: 20 candidats au titre de meilleur "Barman Junior Européen"

Les candidats assistent aux présentations des épreuves.
Derrière le bar, un employé des services techniques d'ABInBev présente les pompes à bières qui seront utilisées lors du concours
2 images
Les candidats assistent aux présentations des épreuves. Derrière le bar, un employé des services techniques d'ABInBev présente les pompes à bières qui seront utilisées lors du concours - © RTBF (M. Mélon)

Le "Concours Barman Junior Européen" des écoles d'hôtellerie s'est déroulé à Spa samedi dernier.

Les 20 candidats assistaient en matinée aux différentes présentations des épreuves. C'était une ambiance d'examen qui régnait dans les salles de ce concours, qui fêtait cette année sa 32ème édition.

Les candidats sont originaires de différentes écoles situées en Belgique. Quelques candidats viennent de France et d'Italie.

L'après-midi, les élèves qui ont entre 18 et 23 ans, étaient jugés sur leurs aptitudes à servir correctement des bières, un cocktail, du café et du champagne.  Nous avons rencontré un candidat, Florent Maria Galvao, qui explique que faire sauter le bouchon d'une bouteille de champagne et faire du bruit, c'est indélicat : "Quand on ouvre du champagne, il ne faut pas faire de bruit. Ici, c'est un concours, on doit être discret, on doit le retenir, c'est plus classe".

Prestance, dextérité, sourire, accueil et... technique

Les clients sont en fait des membres du jury qui ont l'œil perspicace et qui repèrent immédiatement les surdoués, comme l'explique Paul Bertrand : "Un bon barman, c'est d'abord la prestance de la personne, sa dextérité, son sourire, son accueil et par la suite, la technique."

À la technique, il faut ajouter les connaissances et l'originalité pour réussir un cocktail. Cette épreuve est minutée. Serge E. Guillou, membre du jury explique l'épreuve : "En sept minutes, ils doivent réaliser trois verres. Deux verres partiront à la dégustation. On notera le visuel, l'arôme et le goût. Et le troisième verre partira en présentation pour le public".

Bazil Demeirsman, un candidat néerlandophone est plutôt satisfait de sa prestation malgré le stress : "Quand on s'exerce à l'école, ça va, mais quand on est ici, on a quand-même beaucoup de stress.  Et avec le stress, on fait des fautes mais globalement, je trouve que ça s'est bien passé".

Servir une bière, c'est un art. Malheureusement, Bruno Lopes, un candidat français, a perdu les pédales : "Je suis assez énervé de ma prestation parce qu'on est préparé à ça mais j'ai fait quelques erreurs, et du coup, ça m'a énervé."

Il y a bien sûr un vainqueur, mais en participant à ce concours européen, tout le monde a gagné. Dans les écoles, certains élèves très motivés préparent déjà la 33ème édition et espèrent briller à Spa l'an prochain.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK