Sortie du nucléaire: actions des cadres de la centrale de Tihange ce vendredi

C'est assez rare de les voir manifester. Les cadres de la centrale nucléaire de Tihange ont mené des actions ce vendredi. Ils ont manifesté à l'entrée de la centrale sur le temps de midi.

Ils travaillent pour Engie Electrabel, propriétaire des installations et protestent contre la décision du gouvernement De Croo de confirmer la sortie du nucléaire en 2025. Et 2025, c'est presque demain.

Un syndicat de cadres, la CNC, dont la plupart des membres travaillent chez Engie Electrabel, avait déjà envoyé une lettre aux formateurs et aux présidents des partis durant les négociations gouvernementales.

Des milliers d'emplois en jeu

Maintenant que le gouvernement De Croo a prêté serment, le syndicat constate que ce gouvernement a décidé de maintenir la sortie du nucléaire à cette date. Selon ce syndicat, plusieurs milliers d'emplois sont en jeu. Et ce n'est pas la seule source d'inquiétude. Philippe Hendrickx, cadre chez Engie et vice-président de la confédération nationale des cadres (CNC): "Compter sur les importations de manière structurelle, c'est prendre le risque de ne pas avoir d'électricité aux frontières puisque nos voisins vont devoir aussi électrifier massivement".

A terme, une électricité plus chère

Et pour le consommateur, ça veut dire, à terme, une électricité plus chère: "L'étude d'EnergyVille a donné le chiffre: c'est 100 millions d'euros par an de coûts supplémentaires si on ne prolonge pas 2 unités. Je pense donc que là, il y a un effet sur la facture".

Sur le site hutois, ce sont 2000 emplois qui sont menacés: "Au total, pour la Belgique, c'est 7000 emplois. Dans le groupe Engie Electrabel, c'est au moins 3000 emplois. Et on peut considérer qu'à Tihange, c'est 1000 emplois directs et environ 1000 emplois indirects".

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK