Six jours après la fusillade de Liège, les cours reprennent à l'athénée Léonie de Waha

800 élèves de secondaire et 350 élèves de primaire ont repris le chemin de l'école ce matin.
800 élèves de secondaire et 350 élèves de primaire ont repris le chemin de l'école ce matin. - © RTBF

Les élèves de l’athénée Léonie de Waha ont repris le chemin de l’école ce matin, six jours après l’attentat qui a secoué toute la ville de Liège. Mardi dernier, le tireur, Benjamin Herman, s’était introduit dans leur école et a pris une femme de ménage en otage.

Se manifester auprès des familles des victimes

Ce matin, pas question de reprendre les cours comme si de rien n’était. Un temps de parole est prévu, dans cette école à pédagogie active.  Dès 9h30, Rudy Creeten, le responsable de l'école secondaire a accueillis les élèves, tous ensemble. Ils doivent ensuite se réunir par petits groupes," en conseil de la classe ", " des entités démocratiques propres à l’établissement ", précise le préfet. " On ne débattra pas, mais ce sera de l’évocation et une réflexion sur ce que l’on pourrait mettre en place pour se manifester auprès des familles des victimes ".

J’en fais encore des cauchemars

Un temps de parole bien accueilli par la plupart des 800 élèves de secondaire. Mardi dernier, Fares, 16 ans a vu le corps des deux policiers. Ce matin il a encore une boule au ventre. " J’ai dû voir un psy,  c’était quelque chose de traumatisant, j’en fais encore des cauchemars la nuit ", nous confie-t-il. Mais il a aussi hâte de reprendre les cours et de retrouver un semblant de normalité,  "sinon on garde ça dans nos têtes et ça ne peut plus sortir ".

Dans cette école, les élèves du secondaire côtoient ceux du primaire. Ce matin, les plus petits, sont venus main dans la main de leurs parents. "Je dois avouer qu’en arrivant, j’ai tout de même un petit pincement", explique une maman. Mais aujourd’hui, elle tente de prendre du recul: "je crois que l’équipe pédagogique a prouvé qu’elle était capable de gérer les événements les plus inattendus."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK