Seraing: une fresque pour redynamiser le quartier chaud

Un graffiti de plus de 20 mètres de long pour changer l'image d'un quartier. A Seraing, un célèbre graffeur est occupé toute cette semaine à réaliser une gigantesque fresque dans une rue occupée uniquement par des salons de prostitution. L'idée de l'ASBL qui vient en aide aux prostituées, c'est de changer l'image de cette rue auprès des travailleuses et des clients.

J'ai voulu représenter des femmes guerrières

Il travaille habituellement dans les rues de Singapour. Mais cette semaine, le graffeur Didier Mathieu -alias Jaba- et son équipe vident leurs bombes dans la rue Marnix à Seraing. La rue abrite 180 prostituées réparties dans 80 salons. L'artiste a voulu leur rendre hommage dans sa fresque: "J'ai voulu représenter des guerrières, des femmes guerrières, un peu comme les filles qui travaillent ici".

Donner au quartier une image plus positive

Dans cette rue très fréquentée jour et nuit, on ne compte plus les déchets abandonnés par les clients et les dépôts clandestins. Pour certains, elle était devenue un lieu presque insalubre. Par cette fresque, l'association de soutien aux prostituées du quartier veut changer son image. Dominique Silvestre, intervenante sociale à l'ASBL Icare: "C'est de redynamiser la rue Marnix, de lui donner une image plus positive, plus propre, plus gaie, et de permettre aux dames qui exercent dans les salons qui sont face au mur d'avoir quelque chose d'un peu plus gai qu'un mur gris et sale".

Un espoir de changement

Car les prostituées de la rue Marnix ont souvent honte de la rue dans laquelle elles travaillent. Mais cette mobilisation autour de la fresque leur donne l'espoir d'un changement. Estelle, prostituée depuis 17 ans dans la rue Marnix: "Changer ma vie, c'est peut-être un grand mot, mais je pense qu'il va y avoir du changement, ça c'est sûr. Je pense. Il faut voir ça dans les semaines qui vont venir".

La fresque ne va pas révolutionner l'image du quartier. Mais elle participe à une volonté de changement par les filles qui y travaillent.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK