Seraing: CMI souhaite récolter des objets et souvenirs liés à l'entreprise Cockerill

L’arrivée de Cockerill à Liège marquera le début d’une grande histoire industrielle.
L’arrivée de Cockerill à Liège marquera le début d’une grande histoire industrielle. - © Flickr - morgado

Il y a 199 ans quasi jour pour jour, un industriel anglais rachetait au Roi des Pays-Bas la résidence d'été des Princes-Evêques de Liège, à Seraing. L'homme y construit de nouveaux ateliers. Le début d'une grande histoire industrielle qui essaimera partout dans le monde.

Son nom : John Cockerill. Cette résidence d'été, c'est aujourd'hui le Château de Seraing, siège d'une entreprise florissante : CMI. La seule à avoir conservé le nom de Cockerill dans son appellation.

L'an prochain, il y aura donc 200 ans que cet événement a eu lieu et pour célébrer cet anniversaire, CMI lance un appel à la population afin de récolter des souvenirs divers liés à l'entreprise Cockerill et constituer un fonds patrimonial. Une démarche en collaboration avec la Maison de la Métallurgie de Liège, dont Pascal Lefèbvre est le directeur.

"Au niveau des documents et des objets, alors là tout nous intéresse. Il n’y a rien d’inintéressant. Les plus petits documents, les plus humbles documents sont aussi importants pour nous que les plus prestigieux et toutes les époques nous intéressent. Pas seulement le début du 19e siècle. Mais je dirais que l’Histoire, c’est jusqu’hier soir. Tout ce qui est en rapport avec l’Histoire de la société Cockerill, de John Cockerill et de ses développements nous intéressent. Des maquettes, des médailles, des cartes postales, des photographies. Il y en a beaucoup aussi des photographies qui ont été prises dans les ateliers, des diplômes, des contrats, toutes ces traces de la mémoire de la Société Cockerill."

Ces objets seront ensuite exploités de diverses manières. Tout dépendra en fait de leur nombre et de leur type. Cela pourrait aller jusqu'à l'organisation d'une exposition. "Dans un premier temps, c’est le travail de base d’un musée de les collecter, de préserver, d’étudier le patrimoine, et de le transmettre aux générations futures. L’autre mission d’un musée, c’est évidemment de partager ce patrimoine. Donc ça, nous verrons un peu le fruit de cette collecte."

Les objets sont-ils "abandonnés" au projet ou en fait-on des copies ? "Il y a plusieurs chemins possibles, poursuit Pascal Lefèbvre. Le public peut donner. Les collections, on peut les prêter, les mettre en dépôt pour qu’on puisse les étudier, mais aussi tout simplement venir nous les montrer, nous autoriser à les photographier et puis même retourner, déposer précieusement cette relique dans le meuble familial dans lequel on le conserve."

Les objets peuvent être amenés à la Maison de la Métallurgie de Liège, boulevard Raymond Poincaré, durant les 15 prochains jours. Et pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer, un numéro de téléphone : le 04/342.65.63.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK