Semaine du rythme cardiaque: immersion au centre de simulation du CHU de Liège

Semaine du rythme cardiaque : immersion au centre de simulation du CHU de Liège où se forment les professionnels de la santé
6 images
Semaine du rythme cardiaque : immersion au centre de simulation du CHU de Liège où se forment les professionnels de la santé - © Marie Bourguignon - RTBF

Ce lundi, débute la semaine du rythme cardiaque. Une semaine de sensibilisation qui met en avant l'importance, pour tous, de connaitre les gestes qui sauvent en cas de malaise cardiaque. A cette occasion, immergeons-nous dans un univers que l'on connait peu: celui de la formation en continu du personnel hospitalier. Une formation durant laquelle les professionnels de la santé se remémorent des gestes qu'ils ont moins l'habitude de poser, le massage cardiaque en fait partie.

Mise en situation réelle grâce à un mannequin haute technologie

Direction le CHU de Liège, où un centre de simulation a été mis en place en 2015. Une à deux fois par an, les infirmières ou les anesthésistes sont mis en situation exceptionnelle, face à un mannequin "high-tech" qui remplace un patient en souffrance. Le scénario du jour est le suivant: après une opération à la cheville, la patiente fait un arrêt cardio-respiratoire, il est alors demandé au personnel de trouver la cause de cet arrêt cardiaque et bien sûr de sauver la patiente. Derrière une vitre sans tain, deux coordinateurs observent la simulation. 

Ça nous permet d'avoir des scénarios qui sont un peu moins courant dans la vie de tous les jours

L'exercice permet ainsi aux participants de développer les compétences qui leur seront indispensables en cas de situation difficile, tout en restant en sécurité. "Ça permet, en fait, de ne pas faire certaines choses pour la première fois sur le patient, souligne Rebecca Tubes, coordinatrice du centre de simulation. Ça nous permet d'avoir des scénarios qui sont un peu moins courants dans la vie et de pouvoir s’entraîner avant d'aller sur un patient". Pour les soignants, c'est aussi l'occasion de se rappeler des différents protocoles institutionnels ou internationaux primordiaux pour la prise en charge des patients.

Après l'exercice, place au débriefing, les participants du jour se disent stressés, mais contents. "Ce n'est pas facile, parce que quand on sort du contexte de nos blocs, on est un peu perdus, observe une infirmière de salle d'opération. Mais c'est super chouette, parce qu'on se rend compte un peu où on en est. On se dit qu'on peut toujours s'améliorer".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK