Semaine des aidants proches: "Arrêter de travailler n'est pas un choix" témoigne une maman

Semaine des aidants proches: "Arrêter de travailler n'est pas un choix" témoigne une maman (photo prétexte)
Semaine des aidants proches: "Arrêter de travailler n'est pas un choix" témoigne une maman (photo prétexte) - © pixabay

C'est la semaine des aidants proches. Des personnes qui se dévouent, se sacrifient parfois, mais dont le statut n'est pas reconnu. Par ce terme, on entend toute personne qui s'occupe d'un proche, enfant ou parent par exemple, à temps plein, plutôt que de le placer en institution. Des personnes qui doivent souvent arrêter de travailler, et qui ne disposent d'aucun statut légal en Belgique.

C'est le cas d'Emmanuelle Mignolet. Cette habitante de Flémalle est la maman de Marion, une petite fille de 7 ans, atteinte du syndrome de Rett, une maladie orpheline. Aujourd'hui, en tant qu'aidant proche, cette mère de famille ne se sent pas exister dans la société: "Nous n'avons pas de statut. Nous sommes considérées comme des personnes qui ne travaillent pas, donc pas de statut, ni professionnel ni au niveau social puisque, lorsque nous devons arrêter de travailler pour nous occuper de nos enfants, nous devenons à charge de la mutuelle. Nous ne sommes même plus considérées comme n'importe quel autre adulte".

Le handicap ne gagnera pas

Ce que la maman de Marion dénonce aujourd'hui, c'est cette notion de choix d'arrêter de travailler pour aider un proche: "Le handicap ne gagnera pas. Je refuse d'être dans une situation précaire, une situation sans vie sociale. C'est considéré comme un choix d'arrêter de travailler alors que ce n'est absolument pas un choix, c'est une obligation. C'est ma fille. Elle a 7 ans. Je l'assume et je l'aime, tout simplement. Ce n'est pas un objet qui m'encombre et que je déplace pour me faire un peu de place".

Cette mère de famille entend interpeller les différents gouvernements et demande à ce que ce statut d'aidant proche soit enfin reconnu.

Journal télévisé 26/09/2019

Les aidants proches avaient espéré un statut officiel pour le 1er octobre.  Espoir déçu.

Témoignage de Céline Feuillat dans La Semaine Viva (05/10)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK