Sécheresse: peu de petits gibiers, beaucoup de sangliers

A Verlaine, Simon Lehane et Bertrand de Liedekerke, chasseurs et administrateurs au conseil cynégétique de Hesbaye, réapprovisionnent les abreuvoirs pour le petit gibier. Les faisans, les perdrix et les lièvres ont soif.
4 images
A Verlaine, Simon Lehane et Bertrand de Liedekerke, chasseurs et administrateurs au conseil cynégétique de Hesbaye, réapprovisionnent les abreuvoirs pour le petit gibier. Les faisans, les perdrix et les lièvres ont soif. - © RTBF - Marc Mélon

Dans les champs et les forêts, le petit gibier souffre aussi de la chaleur. Par contre le sanglier profite, lui, de la situation. La population devrait sensiblement augmenter.

Des abreuvoirs pour le petit gibier

Nous nous sommes rendus dans les plaines de Hesbaye, où le petit gibier souffre de la chaleur. Simon Lehane et Bertrand de Liedekerk, chasseurs, remplissent des abreuvoirs. Les faisans, perdrix et lièvres ont soif. Simon Lehane, chasseur et administrateur du conseil cynégétique de Hesbaye : "Très clairement, une année comme celle-ci, c'est totalement nécessaire. Des grosses chaleurs, c'est très bien pour la reproduction. On voit beaucoup de jeunes sur le terrain. Par contre, trop longtemps, on n'a plus un seul point d'eau dans les campagnes, toutes les petites mares sont asséchées, du coup, nous, on est obligés de remettre à boire dans des abreuvoirs et on remarque que les faisans et les perdreaux y viennent constamment".

Disparition du petit gibier

Depuis 1980, le petit gibier n'est plus présent en abondance dans nos campagnes. La chaleur excessive n'arrange rien. De nouvelles pertes sont donc à craindre. Des initiatives sont prises pour contrer la situation, en aménageant des espaces, "de manière à ce que les animaux puissent se mettre ici, se nourrir, se loger, et aussi se mettre à l'abri des prédations tels que les rapaces", explique Bertrand de Liedekerke, chasseur et administrateur du conseil cynégétique de Hesbaye. "Ils sont toujours couverts et toujours cachés et ils peuvent manger en paix. La sécheresse a joué un rôle où on n'a pas eu de repousse dans les chaumes de céréales, ceci leur permet de trouver le gîte et le couvert".

Les chevreuils en difficultés

Les chevreuils sont aussi en difficultés avec les fortes chaleurs. Benoît Petit, chasseur et président du Royal Saint-Hubert Club de Belgique : "Le chevreuil se nourrit de jeunes pousses. Les jeunes pousses ont manqué, et la chevrette, la mère des petits chevreuillards, elle est en difficulté au niveau de sa lactation. Et donc, soit il y a un des deux jeunes qui vient à mourir, soit les jeunes sont en déficit de croissance et ce déficit de croissance va les poursuivre toute leur vie".

Beaucoup plus de sangliers l'an prochain

La population de sangliers va quant à elle exploser, c'est une conséquence de la sécheresse et de la fructification forestière particulièrement abondante.

"Tous les arbres fruitiers donnent énormément de fruits cette année-ci, le chêne en particulier" explique Benoît Petit, chasseur et président du Royal Saint-Hubert Club de Belgique. "Il donne une quantité de glands inimaginable. Résultat : les laies vont être en chaleur plus tôt, elles vont mettre bas très tôt au cours de l'année prochaine, et elles mettront bas sans doute une deuxième fois au cours de la même année. Le résultat est clair : ça va être vraiment une augmentation très forte des populations des sangliers".

Les conséquences des conditions météorologiques sur le gibier, ce sera sans doute un des thèmes de conversation des chasseurs qui se rencontreront aux journées de la chasse samedi et dimanche prochains à Verlaine.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK