Sécheresse : pas d'impact pour la centrale nucléaire de Tihange, contrairement à celle de Chooz

La centrale nucléaire de Tihange en bord de Meuse
La centrale nucléaire de Tihange en bord de Meuse - © RTBF

Dans les Ardennes françaises, à deux pas de la Belgique, les deux réacteurs de la centrale nucléaire de Chooz sont à l’arrêt. La sécheresse a rendu le débit de la Meuse insuffisant pour garantir le refroidissement des installations.

Plus en aval, l’état de la Meuse n’a en revanche aucun impact sur la centrale de Tihange. Celui de ses trois réacteurs qui n’est pas en cours de maintenance, le numéro deux, continue de fonctionner normalement.

Anne-Sophie Hugé, porte-parole d’Engie Electrabel, l’exploitant de la centrale de Tihange, détaille les normes en vigueur : "Au niveau du débit de la Meuse, il n’y a pas de limite fixée. Mais nous exploitons selon un permis d’environnement qui fixe un seuil de températures qui doivent être respectées, températures de l’eau en amont et en aval de la centrale. Et, de façon globale, la température de la Meuse ne peut pas dépasser le pic de 28 degrés en aval de la centrale, avec des possibilités de dépasser, mais de façon très limitée et sans jamais dépasser les 29 degrés. Des mesures doivent être prises si jamais ces seuils ne peuvent pas être respectés, notamment en fonction de fortes températures ou d’une période de canicule pour, justement, être en mesure de respecter, à tous moments, les conditions du permis. Les règles à appliquer sont des règles régionales. A Doel, nous avons dû justement, quand il faisait très, très chaud, légèrement moduler la production de certains réacteurs".

Sécheresse: le souvenir de 1976 inquiète (JT du 13/08/2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK