Sécheresse: mieux vaut ne pas tondre son gazon

Déjà trois semaines que la pluie est aux abonnés absents. Les fortes chaleurs ont déclenché une série d'alertes canicule fin juin. Aujourd'hui, le sol porte les stigmates d'une sécheresse qui semble pointer le bout de son nez. Maxime Ransi, entrepreneur en parcs et jardins chez Nicomax: "La terre commence à devenir du béton. On voit bien qu'elle est craquelée, qu'elle manque d'eau. Il faudrait vraiment une grosse pluie pour pouvoir rentrer dedans. Il faut que ça pleuve abondamment. Là, on voit bien aussi que l'herbe commence à roussir. C'est peut-être une pré-sécheresse, mais on n'en est pas encore au point de l'année passée".

Conséquence: l'herbe pousse de manière éparse. Les mauvaises herbes s'imposent. Rien à faire: les propriétaires de jardin veulent du propre. Ce n'est pourtant pas le plus recommandable. Maxime Ransi: "Quand on tond, qu'est-ce qu'on fait? On blesse l'herbe, et elle ne fait plus de photosynthèse, elle n'absorbe plus ses nutriments, ni l'eau, qu'il n'y a pas en ce moment. Il faut donc éviter. Et si vraiment il faut faire un coup de propre, on tond plus haut, pour éviter d'affaiblir l'herbe".

Et les tondeuses robots?

Chez ce spécialiste en équipement de jardin, un nouveau venu cartonne en ce moment: la tondeuse robot. Un meilleur ami pour certains qui peut s'avérer destructeur en cette période, à moins de la brider. David Foguenne, spécialiste en équipement de Jardin- Foguenne: "Vu que le robot tond tout le temps, l'herbe est coupée tout le temps très courte. Le mieux est donc de relever la lame assez fort, ou de complètement éteindre le robot".

Avec cette météo, la vente des robots est d'ailleurs en chute libre. David en vend quatre fois moins que d'habitude. Et les pluies de jeudi et vendredi n'y changeront rien. Trop faibles jeudi, trop rapides vendredi.

Un conseil central donc: laissez les tondeuses au garage. Les prévisions annoncent une nouvelle semaine de sécheresse dès dimanche.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK