Saint-Nicolas: du changement en perspective à la tête de la commune en 2018

L'administration communale de Saint-Nicolas
L'administration communale de Saint-Nicolas - © Google maps

Le Parti Socialiste espère bien garder sa majorité absolue sur Saint-Nicolas. Mais s'il n'est pas sanctionné par l'électeur, cela passera tout de même par un changement de bourgmestre. Car Jacques Heleven, l’actuel bourgmestre, ne compte pas rempiler, ni même se présenter. A 67 ans, il nous a confié qu'il soutiendrait la liste de l'extérieur. En tête de liste, on retrouvera donc le 14 octobre prochain, Valérie Maes, la première échevine qui avait réalisé le deuxième score de la liste socialiste. Ses trois priorités: mobilité, sécurité et propreté. Elle espère que la commune pourra se dégager de la tutelle de la Région wallonne en matière de budget. Elle était sous CRAC, le centre régional d'aide aux communes, suite à des pertes de taxes notamment à cause de la fermeture d'une partie de la sidérurgie. La commune a amassé 6 millions d'euros de boni cumulés sous cette législature. De quoi lui permettre de rembourser certaines dettes et mener à bien certains projets comme la rénovation des voiries et des trottoirs et l'engagement de nouveaux stewards urbains.

Face aux socialistes, le MR représente le principal groupe d’opposition avec cinq élus. Un groupe qui a changé de tête de file il y a 2 ans. Isabelle Fréson a abandonné son poste pour des raisons personnelles. C’est Jean-Christophe Pannaye qui l’a remplacée. C’est donc lui qui emmènera les libéraux l’année prochaine à Saint-Nicolas. Il espère faire mieux que le score historique de 18% récoltés il y a 6 ans. Les libéraux veulent tout d'abord lutter contre le sentiment d'insécurité. Cela passe notamment par une lutte contre le déversage sauvage et les dépôts clandestins. Le parti estime que cette majorité absolue est trop fermée et pas du tout transparente.

Saint-Nicolas Plus reprend lui le flambeau d'Ensemble. La liste emmenée par Gilbert Fransolet se veut cette fois-ci citoyenne et transparente. Elle compte dans ses rangs plusieurs membres du cdH mais aussi beaucoup de simples citoyens. Les candidats ont organisé de nombreuses rencontres avec les citoyens pour composer leur programme. Un programme qui va des bulles à verre enterrées à la multiplication des caméras de surveillance en passant par la diffusion du conseil communal sur internet.

Chez Écolo, on a décidé de faire place aux jeunes. Le parti présente pour la première fois une liste complète. La tête de liste, Samuel Dufranne, se présente pour la première fois aux élections. Ils ont l'ambition de décrocher 4 sièges au conseil communal. Leur programme s'est construit après un tour de la commune en porte à porte. On y retrouve la propreté, le développement de comités de quartiers ou encore le retour du commerce de proximité.

La liste du Parti Populaire sera elle emmenée par Serge Reynders. L'ancien conseiller socialiste du CPAS avait été exclu du parti après des propos déplacés sur les réfugiés. La liste est complète puisqu'elle comporte 27 candidats.

Enfin, le PTB viendra certainement jouer les trouble-fêtes dans la commune. La liste de 6 candidats sera emmenée par Rosa Terranova. Leur programme est issu d'une consultation populaire auprès de 300 électeurs. Il vise à la création de nouveaux logements, la diminution de certaines taxes pour les personnes les plus précarisées ou encore la garderie des écoles gratuites. Le parti, qui n'avait décroché aucun siège en 2012, espère en récolter 4 cette fois-ci. Et sa tête de liste nous a déclaré ne pas être opposé à une participation à la majorité, mais pas à n'importe quel prix.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK