Saint-Georges: toujours aucune solution dans le conflit qui oppose le personnel à la direction de l'ASBL Le Mistral

Le Mistral en grève le 21 septembre dernier
Le Mistral en grève le 21 septembre dernier - © RTBF

A Saint-Georges-sur-Meuse, il n'y a toujours aucune solution dans le conflit qui oppose depuis une dizaine de jours le personnel à la direction de l’ASBL Le Mistral, un établissement qui s'occupe d'autistes adultes. Et cet enlisement pourrait avoir des répercussions sur les résidents eux-mêmes car jusqu'à présent, un service minimum est assuré au sein de l'établissement pour encadrer la trentaine d'adultes autistes. Mais il devient de plus en plus compliqué à organiser. Sandra Delhaye, permanente SETCa: "Il y a de nombreuses personnes qui sont en arrêt maladie à cause effectivement de l'ambiance de travail et de toute une série d'autres problèmes aussi physiques, etc. Donc voilà, c'est leur droit d'être malades. Ils ne sont pas remplacés, donc ça pose un problème. Et quand on essaye d'organiser le service minimum, on se retrouve avec plus de grévistes que de non-grévistes. Et en tout cas pour le service minimum d'aujourd'hui, il nous manque une personne pour l'après-midi. Donc il est vraiment temps que la direction se charge de remplacer les absents".

Et ce sont donc les adultes autistes qui risquent de pâtir de cette situation: "Il y a des moments où ça coince. Et là, ça commence à coincer". D'autant plus que le personnel a rejeté les propositions du conseil d'administration de l'établissement. Un conseil d'administration qui maintient sa confiance en la directrice alors que le personnel gréviste réclame son départ. Il estime que les conditions de travail et de gestion se sont fortement dégradées depuis son arrivée.

Les travailleurs réclament aussi la réintégration d'un délégué SETCa qui fait l'objet d'une procédure de licenciement. Le tribunal du travail se penchera à nouveau sur son cas ce mardi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK