S'estimant torpillés, des comités de fête à Haccourt dénoncent une "propagande socialiste"

A la mi-août, une grande fête est organisée à l'occasion de la Saint-Roch. Sauf que la commune d'Oupeye a accepté d'accueillir, au même moment, des festivités mises sur pieds par la mutualité socialiste Solidaris (illustration).
A la mi-août, une grande fête est organisée à l'occasion de la Saint-Roch. Sauf que la commune d'Oupeye a accepté d'accueillir, au même moment, des festivités mises sur pieds par la mutualité socialiste Solidaris (illustration). - © solidaris

A la mi-août, quatre comités organisent traditionnellement une grande fête à l'occasion de la Saint-Roch. Seulement voilà, cette année, la commune d'Oupeye a accepté d'accueillir, au même moment, des festivités mises sur pieds par la mutualité socialiste Solidaris. Les comités locaux dénoncent cette concurrence. Une concurrence vis-à-vis des nombreux bénévoles qui s'impliquent dans ces festivités locales.

Les comités de fête y voient même une manœuvre politique : le Solidaris day qui sera organisé cette année, c'est - selon eux - de la propagande socialiste à quelques semaines à peine des élections communales.

Ces comités ont donc adressé une lettre ouverte aux autorités communales. Elle a été rédigée par Emile Janssen, président du Cercle Saint-Hubert. "La fête locale existe depuis de nombreuses années. Le cramignon réunit une centaine d'enfants et mobilise énormément de bénévoles. Ici, la fête Solidaris se passe au même moment, en ciblant pratiquement le même public. Si le cramignon tombe à l'eau, notre fête est fichue. Tout ça à quelques mois des élections... Ce n'est clairement pas le fruit du hasard."

"Non, ce n’est pas une tribune pour le PS !", se défend le bourgmestre

De son côté, le bourgmestre faisant fonction, le socialiste Serge Fillot, se défend de toute manœuvre politique. Il l'affirme : "Non, ce Solidaris day, n'est pas une tribune pour le PS !"

Selon lui, seuls les comités politisent le dossier. Serge Fillot précise que la commune ne dépensera pas un euro dans cette organisation, si ce n'est en mettant à disposition des ouvriers communaux, pour la pose des barrières Nadar notamment.

Le bourgmestre faisant fonction d'Oupeye souligne aussi que la date est imposée par Solidaris. Et si la commune avait eu le choix, elle aurait adapté le calendrier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK