Rougeole à Lantin: retour à la normale à la prison dès le 11 juin

Une réunion de tous les services sanitaires et de la prison de Lantin a eu lieu lundi matin. L'objectif était de savoir si on pouvait assouplir ou non le confinement des détenus à la suite de cas de rougeoles.

Il a été décidé que l'activité à l'intérieur de la prison reprendrait quasi normalement dès le 11 juin. Cette date correspond à la dernière vaccination de détenus plus 10 jours pour s'assurer que ces détenus sont effectivement immunisés.

Les visites à partir du 17 juin

Le confinement dans les cellules est donc maintenu jusqu'à mardi prochain. D'ici là, sauf pour le procès d'assises, pas de transfert vers le Palais de Justice, pour les audiences en correctionnelle par exemple. Et il n'y aura pas de visites autorisées pour les familles des détenus avant le 17 juin. Un délai supplémentaire pour s'assurer cette fois que l'ensemble des détenus et membres du personnel soient aussi immunisés afin de ne pas être contaminés par l'extérieur ou, inversement, propager la maladie à l'extérieur. Les prisonniers peuvent toutefois reprendre des douches. Le personnel tente aussi de réorganiser les ballades aux préaux.

Cela devient pénible

Ces restrictions, on l'imagine, créent une certaine tension au sein de la prison. C'est ce que nous a confirmé cette détenue en fin de peine, à la sortie de Lantin: "En ce qui concerne le quartier des femmes en tout cas, on a eu deux douches en huit jours. Au niveau alimentaire, ça se passe dans les cuisines de Lantin, et ce sont les détenus qui participent à la composition des menus, mais ici, suite au confinement, ils ont été très restreints dans leurs mouvements et c'est vrai qu'au niveau alimentaire, en une semaine, on a vu des catastrophes arriver. Cela devient pénible. Je ne vais pas parler d'un énervement général, mais c'est vrai que, psychologiquement, il faut comprendre que ce sont des choses qui mettent les gens moralement à mal".

L'orgine de l'épidémie est désormais connue

Quant à l'origine de l'épidémie de rougeole, on sait désormais avec certitude ce qui l'a déclenchée: c'est un visiteur porteur de la maladie qui l'a propagée à l'intérieur de la prison. C'est ce qui explique que les 1000 détenus sont confinés dans leur cellule depuis une semaine.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK