"Respi-Kids" permet de trouver un kiné d'urgence en Wallonie et à Bruxelles

Préoccupé par les soins respiratoires pédiatriques, Alain Dubois, kinésithérapeute à Waremme, est le fondateur de "Respi-Kids". Il s'agit d'un portail qui permet de trouver, en urgence, un kiné en Wallonie et à Bruxelles.
2 images
Préoccupé par les soins respiratoires pédiatriques, Alain Dubois, kinésithérapeute à Waremme, est le fondateur de "Respi-Kids". Il s'agit d'un portail qui permet de trouver, en urgence, un kiné en Wallonie et à Bruxelles. - © RTBF (Marc Mélon)

Les problèmes respiratoires infectieux se multiplient en ce moment.  Des soins donnés par un kinésithérapeute peuvent vous soulager, vous ou votre enfant.  Encore faut-il trouver rapidement ce professionnel de la santé.  Il existe une association prête à intervenir sept jours sur sept en Wallonie et à Bruxelles. 

Des journées folles

A Waremme, le kinésithérapeute Alain Dubois a un emploi du temps extrêmement chargé. Ses journées sont bien remplies.  "Je commence mes journées vers 6h, 6h30 du matin et je les termine vers 21h30.  Les cas respiratoires sont légion pour le moment.  Par rapport aux autres années, la charge de travail est en augmentation. Chaque année, c'est un petit peu plus", dit-il.

Un kiné d'urgence avec "Respi-kids"

Si Alain Dubois a beaucoup de travail, c'est parce qu'il répond aux appels de patients en détresse.  Sensible aux problèmes respiratoires pédiatriques, il a créé le portail "Respi-kids" qui permet de trouver en urgence en Wallonie et à Bruxelles un kinésithérapeute.

Avelina Paulo, la maman de Lyana, un bébé de 7 mois explique: "Notre enfant a passé des nuits blanches.  Lyana était encombrée.  Nous avons consulté notre pédiatre qui a prescrit des antibiotiques et des séances de kiné."

Le nez, c'est la porte d'entrée du poumon

Après avoir écouté les poumons de Lyana, le kinésithérapeute nettoie le nez, c'est un soin fondamental pour aller mieux.  Alain Dubois explique: "C'est très important que le nez soit dégagé, c'est la porte d'entrée du poumon.  A partir du moment où le nez est dégagé, l'enfant va mieux respirer et la séance de kiné va mieux se dérouler".

L'approche des soins évolue

Alain Dubois place une sangle à Lyana. Le soin dure quelques minutes.  "On s'est rendu compte qu'il ne servait à rien de brutaliser les enfants, autrement ils respiraient mal et ventilaient mal.  Le but de la technique, c'est de ventiler le poumon profond, donc d'amener de l'air au plus profond du poumon de l'enfant et quand cet air ressort, il entraîne avec lui les mucosités qui s'y trouvent et donc l'enfant se dégage", explique Alain Dubois.

Les aînés peuvent être concernés également

Toutes les générations sont concernées par les problèmes respiratoires. Josée Manette, 78 ans, est une ancienne fumeuse.  Elle a régulièrement besoin de soins.  "Je tousse, je tousse, je tousse, j'ai absolument besoin de kiné.  Cela me soulage énormément.  Et pour tout vous dire, je peux utiliser mon puff deux fois par jour et en fait, je l'utilise dix fois !", dit-elle.  Ce qui fait froncer les sourcils du kinésithérapeute ...

Le nombre de consultations explose

Dans son cabinet médical, à Lens-Saint-Servais, le Dr Evelyne Kerzmann, médecin généraliste, confirme que les infections respiratoires sont nombreuses pour l'instant: "Il y a énormément de travail pour le moment car il y a énormément d'infections respiratoires, qu'elles soit ORL ou parfois pulmonaires en terme de bronchites, bronchiolites chez les enfants, quelques bronchopneumonies mais tout cela est essentiellement d'origine virale.  Vu le temps, l'humidité, le climat qui est plus froid, les virus se propagent plus facilement et les syndromes grippaux sont vraiment là".

D'ici quelques semaines, c'est la grippe qui fera son apparition. Les professionnels de la santé seront à nouveau sollicités.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK