Reprise de certains chantiers : du boulot pour les conseillers en prévention

Seuls trois ouvriers étaient présents ce lundi sur le chantier à Völkerich
Seuls trois ouvriers étaient présents ce lundi sur le chantier à Völkerich - © RTBF - Olivier Thunus

En divers endroits, des chantiers reprennent dans le secteur de la construction. Des chantiers qui doivent respecter les mesures de protection liée au coronavirus. La mise en place et le respect de ces mesures, c’est le travail des conseillers en prévention. Catherine Midrez exerce cette fonction au sein de la firme Nelles, de Malmedy. Ce lundi, elle s’est notamment rendue sur un chantier à Völkerich, dans la commune de Plombières.

Vingt maisons, 24 appartements, une place publique, le chantier est vaste mais n’en est qu’à ses débuts. Pour cette reprise en mode coronavirus, seuls trois ouvriers sont présents. " Mon travail, c’est de vérifier que toutes les mesures soient bien respectées. Il y a les mesures habituelles et puis il y a celles en rapport avec le Covid. On a donc établi une check-list par rapport au matériel, donc les ouvriers disposent pour se laver les mains, s’ils ont bien toutes les informations, ils ont également des masques de protection et des gants. On vérifie qu’ils respectent bien la distanciation sociale d’un mètre cinquante. Pour cela, on a très peu de personnes sur chantier. On a restreint les équipes. Chaque ouvrier a aussi son véhicule personnel, qui est un véhicule d’entreprise ", détaille Catherine Midrez. Des véhicules personnels pour ne pas devoir en partager un et se retrouver trop proche d’un collègue.

Pour l’entreprise Nelles, seuls cinq chantiers ont repris. En temps normal, il y en aurait une trentaine. Et sur ces cinq chantiers, les règles sont très bien suivies, a constaté Catherine Midrez : " Il a fallu beaucoup de réflexion par rapport aux activités qu’on pouvait reprendre. Ensuite, il a été difficile de se fournir en matériel. Par exemple, pour les masques, on a dû faire appel à une couturière de notre ville. Mais ce que j’ai pu constater sur les chantiers que j’ai visité ce lundi, c’est que le personnel fait très attention ".

Laurent Solheid est contremaître au sein de la société Nelles, de Malmedy. Ce lundi, il a repris sur ce chantier et il a rapidement été rassuré : " C’est assez complexe. Tant qu’on était à la maison, le fait d’y penser était assez stressant. Mais maintenant qu’on y est et qu’on voit qu’on sait respecter les règles sans trop de soucis, on est plus serein. C’est un état d’esprit à avoir tout le temps. On se répartit plus les tâches ", explique-t-il.

Dans cette entreprise de 170 personnes, 95 pc du personnel étaient demandeurs pour reprendre le travail. Seule une trentaine a pu le faire, cinq chantiers seulement ayant pu reprendre pour l’instant.

D’autres sociétés ont aussi repris, en fournissant un kit de protection complet à leur personnel. Une au moins a même été jusqu’à prévoir une cabine toilette par personne présente sur le chantier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK