Remicourt : plus de 250 réponses à l'enquête publique sur le projet de biométhanisation

Remicourt : plus de 250 réponses à l'enquête publique sur le projet de biométhanisation
Remicourt : plus de 250 réponses à l'enquête publique sur le projet de biométhanisation - © tous droits réservés

Plus de 250 lettres sont arrivées à la commune de Remicourt. Il s'agit d'avis de citoyens à propos du projet d'implanter une centrale de biogaz et de produire de l'électricité sur des terres agricoles entre Hodeige et Pousset, à une centaine de mètres de l'autoroute. L'enquête publique s'achevait ce mercredi. Elle a électrisé les remicourtois. Le bourgmestre Thierry Missaire en témoigne : "on a reçu énormément de courrier, de l'ordre de 250, voire 300 lettres. Oui, ça m'a surpris. C'est inhabituel pour un projet. Mais voilà : les riverains se sont mobilisés et c'est important d'analyser leurs arguments en profondeur".

Sur le terrain, nous avons pu discuter avec plusieurs riverains : Geneviève, Isabelle et Jacques. "Le projet qui s'implanterait ici risque de transformer considérablement le village. Pourquoi bétonner, minéraliser de grandes surfaces agricoles ?" s'inquiète Geneviève. "Nous craignons les nuisances olfactives, le bruit." renchérit Jacques qui craint que "des sols risquent d'être infiltrés." "Il y a des friches industrielles qui pourraient accueillir ce genre d'implantation" conclut Isabelle. 

L'entrepreneur flamand, Philippe Muziek, de la société Biofexhe, explique que son hangar fera cinquante mètres sur 25, qu'il sera dans un creux donc peu visible, qu'il a un plan de circulation pour que ses tracteurs dérangent le moins possible, que cinq personnes vont travailler sur son exploitation - jusqu'à douze en saison, qu'il va produire de l'électricité verte pour 3500 ménages à partir de paille de maïs cultivé à 20 km à la ronde, qu'effectivement l'affaire ne serait pas rentable sans le mécanisme des certificats verts, mais que ces certificats servent à ça. 

La commune n'a pas le pouvoir de dire oui ou non explique le bourgmestre. Elle rendra un avis. Ensuite, la Région décidera. Une pétition en ligne contre ce projet de biométhanisation sur la commune de Remicourt a recueilli plus de 300 signatures.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK