L'INAMI va rembourser les prothèses électroniques d'un membre inférieur

Dès l'an prochain, l'INAMi remboursera les prothèses électroniques pour les personnes amputées des membres inférieurs. C'est le résultat d'un combat mené depuis une dizaine d'années par l'association liégeoise Amptraide . 

La cheville à 5000 euros, le genou à 25.000 euros et la hanche à 10.000 euros, soit un total d'environ 40.000 euros. C'est le prix qu'Hubert Siemes, le président de l'association, a payé de sa poche pour sa prothèse de jambe électronique. Dorénavant, c'est l'INAMI qui remboursera. "Mes avantages, c'est d'avoir une marche plus dynamique et d'épargner le membre restant mais aussi une adaptabilité de la marche lors de la descente, de la montée, dans la phase des escaliers et dans la phase assises" dit-il.

Si Hubert a tenu à investir lui-même, c'est parce que la prothèse électronique a changé sa vie.  Il explique: "Au cours de la marche, on voit que le pas s'adapte automatiquement.  Là, on a une petite descente légère, la prothèse électronique va me permettre de débouler une foulée plus harmonieuse, plus confortable pour moi et surtout plus sécurisée.  Tout au cours de la traversée, j'ai pu absorber les différents reliefs avec ce genou.  Je n'ai pas dû faire attention, je n'ai pas craint le risque de buter".

Auparavant, seules les prothèses mécaniques étaient remboursées. Elles sont nettement moins confortables. Hubert explique: "Avec la prothèse mécanique, je devrais prendre une canne pour m'assurer que si j'ai un problème, je puisse délaisser une partie de mon poids sur la canne.  Et deuxièmement, je dois être beaucoup plus attentif au niveau des trottoirs et des changements de relief".

Aujourd'hui, environ 200 personnes vont pouvoir faire la demande d'une prothèse électronique d'un membre inférieur. Il était temps. La Belgique était à la traîne. Pour exemple, l'Allemagne, les Pays-Bas, le Luxembourg et la France remboursent ces prothèses depuis une dizaine d'années. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK