Réforme des prisons: Juprelle s'oppose à une nouvelle expropriation pour agrandir Lantin

La prison de Lantin va être en partie démolie mais une "prison bis" de 312 places sera construite, juste à côté.
La prison de Lantin va être en partie démolie mais une "prison bis" de 312 places sera construite, juste à côté. - © MICHEL KRAKOWSKI - BELGA

C’est une petite commune liégeoise qui fait front au gouvernement fédéral. Et elle compte bien le rappeler ce mardi soir... Cette commune, c’est Juprelle. Et ce qui la met hors d’elle, c’est le projet de réforme des prisons adopté par le conseil des ministres.

Ce Master Plan III du fédéral, c’est une sorte de jeu de chaises musicale entre les prisons. Et à ce petit jeu, Juprelle est persuadée de se retrouver le "cul dans le vide".

Ce plan "prisons", il faut le voir à l’échelon de la province. Celle qui va connaître un statut quo, c’est la prison de Huy : pas de travaux à venir, pas de délocalisation. Verviers, en revanche, va accueillir un tout nouvel établissement pénitentiaire de 240 places. L’ancienne prison, vétuste, vient d’être détruite. Quant à la prison de Lantin, sur la commune de Juprelle, elle va être en partie démolie, ses tours vont être rasées, mais une "prison bis" de 312 places sera construite, juste à côté. Et pour la députée-bourgmestre Christine Servaes, c’est là que ça coince !

"Le problème, explique Christine Servaes, c’est qu’ils veulent faire ceci en-dehors des murs de Lantin. Pour cela, ils doivent exproprier entre six et huit hectares de bonnes terres, de la culture BIO qui plus est. La commune a donc dit "non". Nous avons déjà donné 26 hectares de terres de notre commune pour les prisons de Paifve et Lantin. Ici, nous ne l’accepterons pas."

Un vote "véto" aura lieu ce mardi soir, et la position du conseil communal sera transmise aux ministres Jambon et Geens, en charge de la Régie des bâtiments et de la Justice.

Juprelle, par contre, ne s’oppose pas catégoriquement à l’autre projet du fédéral, celui d‘agrandir l’établissement de défense social de Paifve, lui aussi sur le territoire de la commune. Un nouveau bloc de 250 places va être construit, mais ce sera dans l'enceinte actuelle. Donc sans expropriation des bonnes terres auxquelles tient la commune, qui rappelle tout de même qu'elle accueille 1000 détenus pour 9000 habitants.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK