Quatre ans requis contre un Fléronnais qui voulait rejoindre la Syrie

Palais de Justice de Liège
Palais de Justice de Liège - © BELGA

Le parquet fédéral a requis mercredi devant la 6ème chambre de la cour d'appel de Liège une peine de 4 ans de prison, éventuellement assortie d'un sursis partiel, contre un Fléronnais âgé de 20 ans, suspecté de participation aux activités d'un groupe terroriste. Radicalisé, le prévenu avait pour objectif de rejoindre la Syrie pour y commettre un acte terroriste.

Ce jeune homme avait été dénoncé en novembre 2015 par le directeur d'une école de Verviers qui avait épinglé son radicalisme après avoir tenu des propos élogieux en faveur de l'Etat islamique.

En août 2016, sa mère avait alerté les autorités sur le désir de son fils de rejoindre la Syrie. Il s'était marié religieusement à Molenbeek avec la cousine de Mohamed Abrini, impliqué dans les attentats de Paris et de Bruxelles. Radicalisé, il avait affiché sa volonté d'assassiner des mécréants.

En première instance, le prévenu avait été condamné à une peine de 30 mois de prison avec sursis pour la moitié. Devant la cour d'appel, lors d'une audience hautement sécurisée, le parquet fédéral a sollicité une peine de 4 ans d'emprisonnement, éventuellement assortie d'un sursis probatoire.

Le parquet fédéral a souligné que le prévenu prévoyait de se rendre en Syrie et avait effectué des actes de recrutement pour l'Etat islamique. Il propageait des discours haineux en vue de convaincre ses interlocuteurs de gonfler les rangs de l'organisation terroriste.

L'avocat du prévenu, Me Simonis, a contesté les préventions et a sollicité l'acquittement ou, à titre subsidiaire, une peine assortie d'un sursis pour son client qui a déjà purgé plus d'un an de prison sous régime d'isolement.

L'arrêt sera prononcé le 18 octobre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK