Quand la police est-elle appelée à l'aide par les ambulanciers ?

Le drame, hier à Liège, avec un policier gravement blessé en intervention, lorsqu’un automobiliste stationné à un endroit interdit lui a tiré dans la tête lorsque les policiers le fouillaient. Les policiers avaient été appelés à la demande du 112. Les agressions envers les intervenants liés à la sécurité sont de plus en plus fréquentes. Pompiers, policiers, ambulanciers, tous le disent, ces dernières années, ils constatent une augmentation des agressions à leur égard. Chez les ambulanciers du 112, des procédures ont d’ailleurs été mises en place.

Il y a deux situations. Il y a celle où d’emblée l’opérateur qui va prendre l’appel va déceler qu’il y a un problème de dangerosité pour les ambulanciers ou les équipes intervenantes. A ce moment-là il va créer un point de première destination vers lequel il va envoyer l’ambulance, qui va attendre que la police intervienne à la demande du 112 et sécurise les lieux pour pouvoir intervenir en toute sécurité ", précise Michel Marganne, expert technique au 112 de Liège.

Le deuxième cas de figure est celui où, lors de l’appel, il n’y a pas de situation particulièrement dangereuse, mais qui va évoluer vers une situation plus dangereuse. Là, les ambulanciers ont pour directive d’entamer une procédure mayday, de s’extraire des lieux, de se mettre en sécurité, d’appeler le 112, de demander l’intervention urgente de la police, qui va intervenir pour sécuriser les lieux et, comme dans le premier cas, permettre aux ambulanciers et aux équipes médicales d’intervenir en toute sécurité ", détaille-t-il encore.

Pour les services d’ambulance privés, la situation est différente. C’est ce que précise Guillaume Letot, d’Ambu Liège : " Le privé a ce choix que le vecteur 112 n’a pas : nous avons la possibilité de refuser un transport pour certains motifs tels que les impayés ou notre propre sécurité. Nous n’avons pas cette obligation de prise en charge à partir du moment où nous mettons en place un suivi et qu’on s’assure de la sécurité ou de l’état du patient avant de pouvoir refuser ce transport ".

Les ambulances privées se chargent généralement des interventions moins urgentes, d’où cette possibilité qui leur est laissée. En 2017, la police avait enregistré 209 plaintes pour agression envers le personnel médical. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK