Publifin: le conseiller Pierre Erler rue dans les brancards

Le conseiller stavelotain Pierre Erler
Le conseiller stavelotain Pierre Erler - © Tous droits réservés

"C'est inacceptable" dénonce le conseiller stavelotain ; "On veut contourner le conseil d'administration !" Ce que le centriste Pierre Erler n'accepte pas, c'est que soit constitué un groupe de contact restreint entre la présidente Stéphanie De Simone (PS), le vice-président Josly Piette (CDH), le conseiller Fabian Culot (MR) et les observateurs du gouvernement wallon. "C'est un retour aux pratiques du passé. Ce groupe de contact restreint, c'est un bureau exécutif qui ne dit pas son nom. Dans le passé, c'était un organe de ce genre qui décidait de tout et le conseil d’administration était mis au pied du mur."

Totalement à l'encontre de ce que la commission d'enquête avait recommandé

"Cette semaine, le conseil d'administration a décidé de mettre en place un tel groupe de contact. Et je m'y suis opposé fermement, avec d'autres administrateurs. Parce que ce groupe va rencontrer les observateurs du gouvernement en-dehors du conseil d'administration. On nous promet bien que tout sera rapporté au conseil, mais je pense que ceci va totalement à l'encontre de ce que la commission d'enquête avait recommandé, c'est-à-dire la suppression du bureau exécutif. Nous sommes les représentants des actionnaires. Ce sont les conseils d'administration qui doivent être exécutifs."

"Nous avons été plusieurs administrateurs à nous y opposer mais en vain. La mesure a été adoptée par le conseil d'administration, à mon grand désarroi."

Vous pensez qu'on va y prendre des décisions et vous les cacher ?

"Je n'ose pas l'imaginer. En tout cas, je ne vois pas l'utilité d'un groupe à côté du conseil d'administration. Nous devons fonctionner en toute transparence. Les observateurs du gouvernement sont les bienvenus au conseil. C'est là qu'est leur place pour observer et obtenir toutes les informations nécessaires à leur rapport au gouvernement. Je demande à ce que ce groupe de contact restreint ne soit pas mis en place."