Procès Intradel: Alain Mathot, malgré lui, au centre du débat

Le procès Intradel vient de débuter au tribunal correctionnel de Liège. C'est un procès financier. Une dizaine de prévenus sont suspectés de corruption autour de la construction de l'incinérateur d'Intradel à Herstal. Ils sont poursuivis pour escroquerie, faux en écriture, blanchiment, abus de biens sociaux, corruption passive ou encore fraude fiscale. Alain Mathot est le grand absent de ce procès. Pourtant, c'est surtout de lui qu'il a été question ce matin.

Alain Mathot a-t-il reçu de l'argent d'Innova en liquide? A-t-il été payé pour pousser la candidature du groupe français dans le marché de la construction de l'incinérateur d'Herstal? Ce sont ces deux questions qui ont plané toute la matinée au-dessus de la salle d'audience du tribunal correctionnel de Liège. Mais Alain Mathot n'est pas là pour se défendre: le Parlement n'a pas levé son immunité.

Une vingtaine d'avocats pour une dizaine de prévenus

C'est un méga-procès et ça se voit. Une vingtaine d'avocats sont là, pour défendre une dizaine de prévenus. Sur les bancs, on peut repérer Roger Croughs, l'ancien patron de l'intercommunale Intradel et Philippe Leroy, l'ancien patron d'Innova France, la société qui a construit l'incinérateur d'Herstal.

C'est Philippe Leroy qui a été entendu ce matin. Il a répété ce qu'il avait avoué au juge d'instruction. Oui, Alain Mathot lui a proposé un contrat de Lobbying. Oui, il lui a donné des enveloppes avec du liquide. Ça s'est passé à Paris. Et il y a eu de l'argent, un million d'euros, pour Léon-François Deferm, un proche d'Alain Mathot.

Pour l'avocat de Deferm, rien ne colle, surtout pas les dates. Et des proches de Leroy ont eu accès à l'argent. Philippe Leroy a répliqué que l'avocat de Léon-François Deferm défendait en réalité Alain Mathot.

Six audiences ont d'ores déjà été planifiées dans ce méga-procès qui se poursuivra au moins jusqu'à la fin du mois de mai.

Revisionnez ici notre Émission Devoir d'enquête consacrée à l'Affaire Intradel.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK