Privatisation du tram de Liège: voici les pièces à conviction

tram
tram - © Tous droits réservés

C'est la coopérative Vega qui a pris l'initiative de déposer une motion, au conseil communal de ce lundi, pour demander aux ministres régionaux de garantir que l'exploitation de la future ligne de tram reste confiée à un organisme public.

Comme le prouve un document interne du gouvernement wallon, sous référence GW-X/2018/22.11/DOC.8972.01/C.D-A., le mouvement réformateur et le centre démocrate humaniste envisagent très clairement une privatisation, et plus seulement comme une menace pour forcer un accord des syndicats sur un service minimal en cas de grève.

Le groupe Vega a reçu l'appui dans sa démarche des Verts Ardent et du Parti du Travail. La maîtrise de la tarification apparaît, aux yeux des signataires, comme essentielle, plutôt que de laisser une firme privée tenter d'y trouver du profit. Sans parler de la difficulté de coordonner les titres de transport entre les bus, qui resteraient gérés par le groupe TEC, et le tram, géré par un autre opérateur.

Conformément au règlement de la ville, la question a été renvoyée en commission, et le débat public sur ce point est reporté à une séance ultérieure du conseil communal.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK