Précarité énergétique : quand se chauffer est un luxe

Précarité énergétique : quand se chauffer est un luxe
Précarité énergétique : quand se chauffer est un luxe - © Tous droits réservés

Par les froids qui courent, quoi de plus agréable qu'une soirée au coin du feu ? Mais tout le monde n'a pas la chance de vivre dans un logement bien chauffé. Électricité, mazout ou gaz... se chauffer coûte cher et certaines personnes connaissent une véritable précarité énergétique. Depuis le début de l'hiver, le CPAS de Liège a dû intervenir une septantaine de fois pour remédier à des situations d'extrême urgence.

Mariane Van Caillie, nous invite dans son tout petit salon. Nous prenons place à côté du poêle au gaz, flambant neuf. Un appartement bien chauffé, c'est un confort tout récent pour Mariane. Un luxe. "Quand je suis arrivée ici, il n'y avait pas de chauffage", se souvient-elle. "Et franchement, je n'avais pas les moyens de m'en payer un". Elle entreprend donc des démarches pour demander de l'aide. Mais malgré ses revenus modestes, la réponse tombe comme un couperet : elle est très légèrement au dessus du seuil qui lui permettrait de bénéficier d'un coup de pouce financier, elle n'a droit à rien. Et l'hiver arrive. 

Sous les pulls et les couvertures, on entre en léthargie

Alors, Mariane empile pulls et couvertures. "Léthargie", "isolement", le moral est bas, la santé fragile. Elle se souvient des douches dans une salle de bain "glaciale", des quintes de toux et des rhumes à répétition.

Finalement, le CPAS prend la situation en main. Sandrine Chaineux, assistante sociale, gère ce type de dossiers qui concernent souvent "des familles avec des enfants en bas âge ou des personnes âgées malades". Des ménages qui vont se chauffer par tous les moyens possibles, quitte à entrer dans un cercle vicieux. "Ils achètent des chauffages d'appoint qui sont pourtant très énergivores et ils vont s'endetter", explique la tutrice du CPAS.

En hiver, le rythme de travail s'intensifie pour elle. "Action, réaction", annonce-t-elle comme un slogan. Par les températures de ces derniers jours, elle ne veut laisser personne sur le carreau.

Il y a quelques jours, le CPAS a fait installer en urgence un poêle au gaz chez Mariane. Une délivrance pour celle qui en est aujourd'hui convaincue : se chauffer, c'est aussi important que de boire ou de manger.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK