Pour les habitats en container pour les sinistrés des inondations, il y aura aussi des délais

C’est une des solutions de relogement envisagée par la Région wallonne pour les sinistrés des inondations : les containers maritimes transformés en habitation. Cela donne des logements tout à fait fonctionnels mais attention, mettent en garde les constructeurs, cela demande quand même certains délais.

Des containers de 12 mètres sur 2 mètres 44, cela peut donner un logement avec cuisine, salon, chambre et salle de bains pour deux personnes. Plusieurs containers peuvent aussi être assemblés. Une solution qui paraît crédible pour Grégory Hubert, le gérant de la société C2G Concept, spécialisée dans ce type de transformation à Francorchamps : " Ça nous permet de fabriquer un logement en quelques semaines, et je précise : un logement de qualité parce qu’il faut faire attention à pouvoir reloger les sinistrés dans des conditions plus qu’acceptables ", explique-t-il.

2 images
Ce type d’habitat permet quand même d’atteindre un certain niveau de confort. © RTBF – Olivier Thunus

Une solution qui demande toutefois certains délais dans le contexte actuel : " Avec la période Covid, il y a le problème de l’augmentation des prix, mais aussi la disponibilité. Il est très difficile aujourd’hui de trouver en grande quantité certains panneaux. Vous aviez un délai de trois ou quatre semaines pour avoir des fenêtres sur mesure, maintenant il en faut six ou sept ", détaille-t-il.

2 images
Ici, la cuisine équipée et la salle de bains prennent un peu moins que la moitié de l’espace habitation. © RTBF – Olivier Thunus

Et puis autre difficulté pour les fournisseurs, cela représente beaucoup d’argent à avancer. Une solution devra être trouvée : " Si vous devez commander 10 containers, vous devez sortir entre 45.000 et 50.000 euros avec la livraison. Et il n’y a encore rien qui est fait. Après ça, il faut commander des châssis et là c’est pareil. Pour les sociétés, ça va être compliqué d’amener cet argent tant qu’on n’a pas de garanties pour le futur ", précise encore Grégory Hubert.

Cette société se dit prête à fournir une trentaine de logements en six mois.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK