Plus de 3000 emplois menacés à la centrale de Tihange avec une sortie du nucléaire qui se dessine

Est-ce un pas décisif vers la sortie du nucléaire en Belgique et l’arrêt de la centrale de Tihange ? En tout cas, ça y ressemble. Dans une note interne, Engie Electrabel indique à son personnel qu’il faut se préparer à un arrêt du nucléaire en 2025.

La note a fuité. Engie Electrabel y explique qu’il va stopper tous les investissements destinés à prolonger la durée de vie de ses centrales nucléaire. Le nouveau gouvernement fédéral s’est engagé à maintenir la sortie du nucléaire en 2025, tout en laissant la porte ouverte, jusqu’à fin 2021, à une prolongation des deux réacteurs les moins vieux, à savoir Doel 4 et Tihange 3. Trop tard pour Engie Electrabel, qui voulait une décision pour la fin de cette année.

Le personnel de la centrale de Tihange redoute la fermeture des centrales nucléaires. Romain Wijckmans, secrétaire fédéral Gazelco, le syndicat du secteur gaz et électricité, en témoigne : "On peut parler de plus que de l’inquiétude dans la mesure où il s’agit de 3000 à 3500 emplois directs et indirects. "


►►► À lire aussi : Engie Electrabel annonce arrêter ses investissements liés à la prolongation du nucléaire


Il n’exclut pas l’idée qu’il puisse s’agir d’une manœuvre d’Engie Electrabel destinée à la pression sur le fédéral. "Cela nous a traversé l’esprit dans la mesure où il peut s’agir d’une stratégie d’Engie Electrabel dans le but de mettre un peu de pression sur sa volonté première : celle de prolonger deux unités. Ou tout du moins de prévoir la prolongation de deux unités. On peut comprendre aujourd’hui que tous les efforts qui ont été menés depuis de nombreuses années de la part d’Engie ont été réduits à néant."

L’arrêt du nucléaire, perspective qui se précise, sera au centre des discussions du conseil d’entreprise prévu lundi 23 novembre chez Engie Electrabel.

Electrabel veut prolonger de 20 ans 3 réacteurs nucléaires (archives JT du 05/10/2019)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK