Peine de travail pour un facteur verviétois qui dérobait des colis

Peine de travail pour un facteur verviétois qui dérobait des colis
Peine de travail pour un facteur verviétois qui dérobait des colis - © Jonas Hamers / ImageGlobe - BELGA

Le tribunal correctionnel de Verviers a condamné mercredi un facteur verviétois à une peine de travail de 120 heures pour une trentaine de vols de GSM commis au préjudice de Bpost. Son fils, qui revendait les portables afin de pouvoir faire face à d'importantes difficultés financières, est condamné à une peine de travail de 80 heures.

Une plainte avait été déposée auprès de la zone de police Pays de Herve en septembre 2015 par un responsable de la plate-forme de Bpost Thimister-Clermont à la suite de vols au sein de l'entreprise et plus précisément la non-distribution de GSM. Une enquête interne a été diligentée et des soupçons se sont portés sur un facteur, un Verviétois de 52 ans. Ces soupçons ont été confortés par une analyse de téléphonie réalisée sur les portables volés. Entendu, l'agent Bpost a reconnu qu'il attribuait à sa tournée des GSM, qu'il les volait puis les donnait à son fils, âgé de 28 ans, lequel revendait ensuite les portables dérobés afin de faire face à d'importants problèmes financiers consécutifs à un accident de circulation. Le quinquagénaire avait été licencié par Bpost après les vols, commis entre décembre 2014 et septembre 2015. Il émarge depuis au chômage.

Le tribunal a stigmatisé la longueur de la période infractionnelle, la valeur des objets volés et la solution de facilité trouvée pour régler un problème. Le tribunal souligne aussi l'atteinte à l'image et à la réputation de Bpost, par ailleurs employeur du principal prévenu.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir