Pas de cérémonie de remise des diplômes pour les étudiants de Philo & Lettres à l’ULiège : "On n’a pas demandé notre avis"

La décision est tombée le 2 avril, juste avant les congés de Pâques. Initialement prévue en novembre, puis reportée fin avril, c’est officiel, la traditionnelle cérémonie de remise des diplômes 2019-2020 n’aura pas lieu pour les étudiants de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège. Une décision difficile à encaisser, puisque d’autres facultés comme HEC ou Droit ont eu une cérémonie en septembre et octobre.

Une fois leur mémoire de fin d’étude déposé, les étudiants n’attendent qu’une chose : célébrer la fin d’un long parcours de 5 ans au travers d’une cérémonie, devenue symbolique avec le traditionnel lancer de chapeau à l’américaine. Anna, étudiante diplômée de romanes, aurait aimé vivre ce moment : “C’est un peu cliché : la toge américaine, le chapeau qu’on jette à la fin et les applaudissements, mais c’est devenu un symbole. C’était aussi l’occasion de revoir une dernière fois les amis avec lesquels j’ai réalisé mes 5 ans d’études. Mais plus que ça, c’était un moyen de remercier mes enseignants qui m’ont accompagné durant mon parcours. Parce qu’en romanes, comme dans presque toutes les facultés de philosophie et lettres, on n’est vraiment pas nombreux à être diplômé chaque année ; on connaît donc nos professeurs et ils nous connaissent. Enfin et surtout, c’est une manière de rendre fière ma famille et de passer ce moment avec eux. Tous ces souvenirs passent à la trappe.”

Ce qui semble poser problème dans cette annulation de la cérémonie, c’est la raison évoquée par la faculté : “Vous connaissez la situation aussi bien que nous, il n’est pas possible d’organiser d’événement de cette ampleur”, indique le Doyen et Vice-Doyennes dans le mail d’annulation envoyé aux étudiants le 2 avril. Plus précisément, la situation sanitaire ne permet pas de rassembler de nombreuses personnes dans un même lieu fermé. Un argument qui ne convainc pas forcément Anna : “L’université de Liège s’est donnée un mal fou pour organiser les examens en présentiel. Puis, il y a un mois, elle a tout essayé pour reprendre les cours en présentiel. Mais lorsqu’il s’agit de remercier les étudiants et les mettre à l’honneur lors d’une cérémonie, cette velléité qu’ils avaient montrée disparaît.

On n’a pas demandé notre avis

Autre problème pour les étudiants : la manière dont la nouvelle a été annoncée. La faculté de philosophie et lettres ne s’est pas tournée vers les étudiants pour essayer de trouver une solution. Décontenancée, Florence, diplômée d’histoire, soulève un problème de communication : “Je peux comprendre qu’il y ait des sacrifices, que l’on nous annonce que pour diverses raisons, notamment sanitaires, la cérémonie ne peut pas avoir lieu. Le problème, c’est que ne nous a pas demandé notre avis à nous, diplômés. On est quand même les premiers concernés. On est dans une faculté où l’on développe la réflexion, la communication et le contact humain et plus que ça, on est des adultes. Ici, j’ai l’impression qu’on a un peu été infantilisés en prenant la décision à notre place.


La cérémonie reportée une première fois à fin avril pour être finalement annulée, soulève un autre questionnement chez Florence : “Pourquoi ne pas l’avoir simplement reportée une seconde fois ? Ça fait déjà 8 mois que j’ai rendu mon mémoire, 8 mois que j’attends ; je pourrais très bien patienter davantage et je pense que c’est le cas pour tous les étudiants.”

Une réaction vive de la part de plus de 300 étudiants

Suite à la décision de la Faculté de Philosophie et Lettres, plus de 300 étudiants ont envoyé un mail, individuellement, pour exprimer leur mécontentement, mais ils n’ont pas encore obtenu de réponse. Nous avons donc contacté le décanat, responsable de la décision de l’annulation de la cérémonie, afin de connaître leur position. Il indique ne pas être indifférent face aux réactions négatives d’étudiants : “Nous allons analyser celles-ci à tête reposée. Nous comprenons parfaitement la déception des diplômés, déjà fortement marqués par les conditions de leur dernière année d’études, mais nous ne voulons pas reporter encore et encore une cérémonie qui finira par perdre son sens.”

La faculté semble donc, pour l’heure, frileuse à l’idée de postposer une seconde fois cette cérémonie, pourtant considérée comme symbolique pour de nombreux étudiants. Une mauvaise nouvelle de plus pour ces étudiants, lassés par la situation sanitaire depuis plus d’un an.

Sur le même sujet:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK