Pas d'héliport à Ster: Frédéric Bouvy promet de remettre les lieux en état

Ster ne sera pas l'héliport de Francorchamps.
Ster ne sera pas l'héliport de Francorchamps. - © tous droits réservés

A Ster-Francorchamps, la commune a fait arrêter les travaux qu'effectuait un privé sur sa propriété, à proximité du circuit. Frédéric Bouvy, un coureur automobile, a fait araser le sommet d'une colline, à la limite entre zone agricole et zone forestière. Il comptait y faire construire un héliport. Le problème est que le propriétaire n'avait introduit aucune demande de permis.

Des tonnes de terres déplacées

Entre le village de Ster et le rond-point du circuit, le sommet de la colline est arasé. Pendant plusieurs jours, Régis Coeckelbergs, hôtelier, y a vu s'affairer les engins de terrassement: "Les travaux ont eu lieu pendant une semaine entière, avec plusieurs engins de chantier, des tonnes de terres déplacées. Nous n'avons pas envie de voir un poumon vert entre le circuit et le village se transformer en une zone d'activité aéroportuaire permanente. Et il semblerait, en plus, d'après la commune, que le propriétaire n'a demandé aucune autorisation."

On n'a pas demandé de permis. On a cru que ce n'était pas nécessaire

Il s'agissait bien de construire une piste pour hélicoptères, Frédéric Bouvy le confirme, mais il nuance : cette piste ne devait servir que pour le grand prix. Et, c'est vrai, il n'avait pas demandé de permis pour effectuer les travaux : "On n'a pas demandé de permis. On a cru que ce n'était pas nécessaire. Malheureusement, on a été plus loin que ce qui est toléré. On a creusé trop profondément. On s'en est rendu compte. La commune aussi. Et donc voilà, de commun accord, on préfère remettre tout en état, replanter une jolie petite forêt et se concentrer sur autre chose."

Le terrain de Frédéric Bouvy est à la limite entre zone agricole et zone forestière. Obtenir un permis pour y construire un héliport n'aurait pas été facile. En zone agricole, il aurait fallu démontrer que la construction ne mettait pas en péril de manière irréversible la destination agricole de la zone. En zone forestière, la législation est encore plus contraignante.

Les hélicoptères à cet endroit-là, c'est fini

Frédéric Bouvy a rencontré ce mardi matin les édiles communaux stavelotains. La commune lui a donné trois mois pour remettre les terres en place et reboiser, faute de quoi, une plainte sera déposée. Frédéric Bouvy confirme vouloir agir en ce sens. Il ne construira pas sa piste pour hélicoptères à Ster. "Donc, Les hélicoptères, à cet endroit là, c'est fini ?" "C'est fini."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK