Pannes d'électricité: tout à la poubelle

Pannes d'électricité: tout à la poubelle
2 images
Pannes d'électricité: tout à la poubelle - © RTBF (M. Mélon)

Heureusement, à quelques exceptions près, le courant est désormais rétabli dans les communes de la région liégeoise touchées par la neige et le gel. Cela dit, les dégâts sont là. A défaut de congélateurs fonctionnels, des particuliers et des restaurateurs ont perdu d'importantes quantités de nourriture.

Les communes de Vaux-et-Borset, Villers-le-Bouillet et Wasseiges notamment continuent à aider leurs administrés après la panne de courant survenue depuis vendredi soir.

Des containers sont mis à disposition des habitants des communes concernées.  Depuis ce lundi matin, ils peuvent déposer des déchets alimentaires de leur frigo ou de leur congélateur.  Ces aliments sont impropres à la consommation.  

A 9 heures par exemple, à Vaux-et-Borset, des containers ont été installés par les services communaux. Les habitants arrivent avec leurs déchets alimentaires et font déjà leurs comptes au niveau de leurs pertes financières: "En plus, j'ai dû acheter un poêle pour me chauffer, plus un bidon de pétrole, 200 euros, plus le congélateur". Soit une perte d'environ 500 euros pour ce monsieur.

A Villers-le-Bouillet, Aline Devillers, la jeune bourgmestre entrée en fonction il y a quelques semaines, veut éviter les dépôts sauvages: "Clairement, c'est pour offrir un service à la population et éviter de retrouver des déchets un peu partout à gauche et à droite. A l'heure actuelle, on sait que dans beaucoup de communes les gens n'hésitent pas à laisser les déchets un peu partout, et on voulait vraiment éviter ce genre de scénario".

Au dépôt de la voirie communale, à Wasseiges, la scène est identique. Les habitants sont aidés par les ouvriers communaux pour le déchargement de la nourriture devenue impropre à la consommation. Et les pertes financières sont parfois importantes, comme en témoignent ces quelques riverains rencontrés sur place: "On a de la viande, des légumes du jardin, on a une petite provision de petits plats préparés, ça va vite. On est étonné. Et dans le frigo, la crème fraîche, ça tourne, et les potages qu'on met en réserve pour l'hiver ... ça va vite!". "Mon papa a une friterie. Tout ce qui est viandes, pains, les pommes de terre qu'on avait au frais, il faut tout jeter parce que nous sommes restés 30 heures sans courant, et on ne peut plus les garder". "Je suis révolté. J'ai téléphoné à mon assurance. Il fallait 250 euros de franchise pour pouvoir être remboursé. Je trouve ça un petit peu dégueulasse à l'heure actuelle. J'avais fait cette petite réserve au cas où il m'arriverait quelque chose et ici, j'ai dû jeter ma petite réserve".

Les personnes sinistrées seront-elles indemnisées pour leurs aliments perdus?

Stéphanie Grevesse, la porte-parole de la CWaPE, la Commission Wallonne pour l’Énergie, répond: "C'est vrai que les indemnisations existent dans le décret. Néanmoins, dans le cas présent, étant donné que l'origine des coupures et leur maintien sont très probablement dus à la force majeure, les gestionnaires de réseau s’exonéreront probablement de leurs responsabilités. Je ne dis pas que les gens ne peuvent rien espérer, nous étudierons au cas par cas tous les dossiers qui nous seront transmis par les particuliers et nous veillerons à leur transmettre la réponse la plus adéquate possible".

Les containers seront accessibles jusqu'à 19 heures ou 20 heures, en fonction des endroits.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK