Ouverture du Festival international du rire de Liège, une 10e édition en version réduite

Les Frères Taloche et leurs complices: le chef Gergely Madaras et les musiciens de l'OPRL
Les Frères Taloche et leurs complices: le chef Gergely Madaras et les musiciens de l'OPRL - © RTBF - Martial Giot

En ouverture du 10e Voo Rire Festival, les Frères Taloche, les fondateurs et directeurs artistiques du festival, ont retrouvé l’Orchestre Philarmonique Royal de Liège, dirigé par Gergely Madaras, pour "Les Taloche à l’orchestre", un spectacle autour des musiques de films.

Dans le contexte sanitaire actuel, le simple fait d’avoir ainsi pu donner le coup d’envoi du Festival international du rire prend des allures de victoire, comme le confirme Bruno Taloche : "Oui, c’est déjà une victoire parce que, avec tout ce qu’on nous a annoncé depuis maintenant six mois, franchement on pensait qu’on ne pourrait pas faire le festival. Evidemment, ce sera un festival réduit avec beaucoup moins de salles et de spectacles mais au moins il aura le mérite d’exister. Et c’était intéressant pour nous aussi de commencer ce festival avec un spectacle avec l’orchestre, avec qui on avait déjà travaillé il y a cinq, six ans. C’est un plaisir pour nous de retrouver les musiciens et de concevoir un spectacle autour de la musique."

Dans la Salle Philarmonique de Liège, le public était évidemment masqué et placé par bulles, distanciées les unes des autres. "On a ressenti les gens très attentifs quand il fallait, très participatifs quand il fallait.", explique Vincent Taloche, "Pour être franc, ce qui déstabilise un petit peu, ce n’est pas une question de son, c’est le visuel. Ça veut dire que les quelques fois où vous regardez le public, ce que vous voyiez, dans les premiers rangs, vous ne les voyez pas. Honnêtement, c’est déroutant. On n’a pas le sourire des gens, on n’a pas leur attitude physique. Peut-être que malheureusement on va devoir un peu s’y habituer."

Ce vendredi, le Comité de concertation n’a pris aucune nouvelle mesure visant le secteur culturel, mais sa situation sera réévaluée vendredi prochain, le 23 octobre. Qu’en pense Bruno Taloche ? "On a un festival réduit, avec des protocoles respectés par les salles où on est. Maintenant, qu’est-ce qu’on va nous annoncer vendredi, on ne sait pas. De toute façon, pour l’instant, on s’adapte pratiquement jour par jour, parce que les mesures changent tout le temps. On espère vraiment que les trois, quatre jours du festival la semaine prochaine seront bien et qu’il y aura du public. Je pense que les gens ont envie de rire, donc on serait vraiment contents qu’ils viennent nous aider à passer cette édition 2020."

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK