Opération séduction des étudiants ingénieurs par les entreprises belges

Opération séduction des étudiants ingénieurs par les entreprises belges
Opération séduction des étudiants ingénieurs par les entreprises belges - © Martial Giot - RTBF

Le constat n'est pas neuf: trop peu de jeunes s'inscrivent dans les filières techniques et technologiques, en particulier les ingénieurs. En Fédération Wallonie-Bruxelles, il faudrait 500 diplômés ingénieurs de plus par an.

Une tournée des entreprises 

Parmi les actions engagées pour tenter d'inverser cette tendance, il y a l'"Agoria Company Tour". 2000 étudiants des filières technologiques de l'enseignement supérieur peuvent visiter durant un demi-journée 58 entreprises membres d'Agoria, la Fédération de l'industrie technologique.

Ce mercredi matin, des étudiants ingénieurs de la Haute-Ecole de la Province de Liège ont ainsi découvert la société BEA, une pionnière dans la conception des systèmes de détection d'ouverture et de sécurisation pour portes automatiques, installée au parc scientifique de Liège. Parmi eux: Julien Di Troia. Aujourd'hui en premier master ingénieur industriel, il avait d'abord pris une autre voie. "J’étais en bachelier informatique auparavant mais lors de mon diplôme, j’ai choisi d’aller plus loin dans la recherche et le développement plutôt qu’en production" explique-t-il.

Manque de 500 diplômés par an

Un intérêt que le secteur souhaiterait plus répandu Thierry Castagne, directeur général d'Agoria Wallonie. "Il faudrait certainement 500 diplômés de plus chaque année pour retrouver le niveau d’il y a 20 ans et satisfaire les besoins sur le marché du travail pour les ingénieurs industriels et civils". Ce manque de professionnels freine la croissance et le développement.

Il ne suffit pas d'inciter les jeunes à s'inscrire dans les filières technologiques, il faut aussi les persuader d'y faire carrière. "Pas mal de diplômés choisissent une carrière qui n’est pas dans la technologie. Ces étudiants sont déjà pour la plupart dans des études d’ingénieurs industriels. C’est une occasion de découvrir les entreprises de leur région, de choisir peut-être un stage ou un travail de fin d’étude et surtout d’être intéressé par les carrières technologiques" conclut le directeur de la Fédération de l'industrie technologique.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir