"One Nation Crew" : le hip hop au féminin

temporary-20180424010556
temporary-20180424010556 - © Tous droits réservés

Qui a dit que hip hop rimait forcément avec masculin ? A Liège, un groupe de danse urbaine 100% féminin a décidé de dire stop au préjugé. Le " One Nation Crew ", c’est une vingtaine de filles de tous âges qui ont une passion pour le hip hop.

A Ans, le balai des voitures de parents déposant leurs enfants débute. Il est bientôt 18 heures et l’ambiance est déjà à son comble. Tout le monde se presse devant la porte. Une fois rentrés, les groupes se séparent : les juniors – qui ont entre 11 et 16 ans- restent avec les professeurs, pendant que les Teenz – entre 16 et 20 ans-  travaillent sur leur propre chorégraphie.

Et 5,6,7 et 8 : c’est parti ! Les plus jeunes enchaînent les pas sur la musique qui résonne dans la salle. Et malgré leur âge, elles passent du hip hop, à la House en passant par le Krump avec une facilité déconcertante. Pas étonnant qu’elles aient remporté la première place du Hip Hop AA6000, un championnat de danse urbaine.

En Belgique, le hip hop 100% féminin est très peu répandu. Il n’existe donc pas de concours réservé aux filles. Alors, quand elles concourent, c’est généralement contre des garçons. Et pour Sarah, l’une des créatrices du crew, être une équipe 100% féminine est loin d’être un désavantage. " Il y a quand même des différences avec les garçons, mais pas au niveau du style, parce que je crois qu’on n’a rien à envier à la gent masculine.  Un groupe de filles qui débarque dans un battle ou un concours chorégraphique, c’est tout de suite plus impressionnant qu’un groupe de mecs ".

 

" Keep your identity "

Pour le One Nation Crew, rester authentique, c’est le mot d’ordre.  Les danseuses en ont d’ailleurs fait leur devise : " keep your identity ", garde ton identité. Et pour respecter ça, pas question de faire comme les autres et de suivre les pas qui sont tendances. Alors, elles réfléchissent, elles font, défont et refont leurs chorégraphies pour arriver à un résultat complètement " One Nation ". Mais garder son identité, pour le Crew, c’est aussi rester soi-même. " Quand tu rentres dans One Nation, on veut que tu gardes ton identité et que tu sois toi-même. On veut que tu évolues et que tu découvres ton propre style ", explique Sarah.

Mais être une fille dans un milieu aussi masculin, c’est parfois devoir faire face à des préjugés tenaces.  Parce que dans le hip hop, qui dit fille, dit rarement danse. " Il y a des préjugés dans le milieu du hip -hop en général. Quand on voit les filles dans les clips… Bon voilà, c’est pas super quoi ! Maintenant, moi j’encourage toutes les filles à venir faire du hip hop parce qu’on a les mêmes capacités que les garçons ! ", rajoute Sarah.

Alors qu’elles viennent tout juste d’avoir leur propre salle de danse, les membres du crew ne cachent pas leur envie de faire plus. Dans le futur, les adultes aimeraient pouvoir se concentrer sur de la création artistique, avec des danses d’une heure. Elles laisseraient la gestion des cours aux Teenz, qui s’occuperaient des Juniors. Une sorte de continuité, tout en gardant l’esprit " One Nation " : un groupe de filles soudées, rassemblées autour de leur passion.

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK