Nouvelle caserne des pompiers de Verviers: les riverains veulent préserver leur espace vert

L'actuelle caserne des pompiers de Verviers
2 images
L'actuelle caserne des pompiers de Verviers - © google maps

Le dossier de l'implantation future d'une nouvelle caserne pour les pompiers de Verviers suscite des craintes chez les riverains du site envisagé. Ce site, c'est celui d'un espace vert situé juste en face de l'actuelle caserne, la plaine des Hougnes. Les riverains craignent de voir disparaître le seul espace vert du quartier. Ils ont d'ailleurs lancé une pétition.

Les pompiers de Verviers ont besoin d'une nouvelle caserne tant l'actuelle est vétuste. Personne ne le conteste. Différents sites ont été envisagés mais celui qui apparaît comme prioritaire aux yeux de la Ville de Verviers, c'est celui de la plaine des Hougnes. Un espace vert de 7500 mètres carrés. Et c'est là que les riverains du site y voient une objection : "C’est surtout la conservation de l’espace vert que nous voudrions, parce que nous sommes dans un quartier qui vit, où il y a plein d’activités, où il y a beaucoup de jeunes qui proviennent notamment du building de Logivesdre (société de logements sociaux) et qui n’ont pas beaucoup de place pour s’épanouir. Les mouvements de jeunesse et des écoles viennent aussi sur place. On n’a rien contre la caserne des pompiers, mais ici on voudrait conserver cet espace-là", explique Philippe Hendrick, président du comité de quartier.

Des riverains qui se veulent constructifs : "Nous avons dans le groupe des spécialistes techniciens, des ingénieurs, architectes, etc. Ils cherchent et ils ont déjà deux ou trois sites possibles qui pourraient être proposés comme alternative", ajoute-t-il.

Quid de l'actuelle caserne ?

Autre crainte pour les riverains, l’avenir du site de l’actuelle caserne : On ne sait pas ce qui pourrait en advenir, si ce n’est des nouveaux buildings qui seraient construits, avec encore de la population en plus sans espace vert ".

L'avantage pour la Ville est aussi financier puisqu'elle est propriétaire du terrain et pourrait ainsi le revendre à la zone de secours. Du côté de la Ville, on précise que le dossier doit encore être étudié en profondeur, mais que la priorité est bien une implantation à cet endroit. Reconstruire une caserne sur le site actuel est en effet quasi impossible, pour une question financière mais aussi de maintien opérationnel du service pendant les travaux. Le premier échevin Benoît Pitance l'affirme en tout cas : les riverains seront consultés.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK