Nouveaux locaux pour l'Armée du Salut à Liège

Les nouveaux locaux sont encore en plein chantier mais ils seront vastes, pour de nombreux services.
2 images
Les nouveaux locaux sont encore en plein chantier mais ils seront vastes, pour de nombreux services. - © RTBF

L'Armée du Salut de Liège disposera de nouveaux locaux à partir du 3 décembre prochain. Un vaste ensemble implanté au 192 du Quai des Ardennes à Chênée, qui lui permettra de réunir en un seul lieu une grande quantité de services pour les plus démunis, mais aussi pour les autres.

"On a par exemple un accueil pour les enfants où on fera de la petite motricité, des activités manuelles, des ateliers scientifiques. On a aussi un espace de cafétéria sociale, un lieu de rencontre et d’échange pour toutes les catégories sociales. On a aussi un espace adolescents et un espace de douche et de sanitaire, une douche pour les personnes à mobilité réduite, des sanitaires qui leur sont adaptés. Tous les espaces sont aussi accessibles aux fauteuils roulants", détaille Michael Druart, le responsable de l'Armée du Salut de Liège.

1,5 millions d'euros pour moderniser les installations

L'investissement est important, 1,5 million d'euros, réunis grâce à des dons et à la vente d'anciens bâtiments. Un bâtiment volontairement éloigné du centre-ville. " Les services sociaux sont déjà concentrés au centre-ville et dans la périphérie de la ville, la misère sociale est peut-être moins visible, mais énormément présente. Par exemple, le temps de midi à l’école, on a un jeune qui va sortir de l’école pour faire comme s’il allait se balader en ville, alors qu’en fait il n’a même pas d’argent pour manger. Donc on espère pouvoir toucher ce public où la pauvreté est peut-être un peu mieux masquée", explique encore Michael Druart.

Aujourd’hui, quand on arrive à récolter 1000 euros, ça couvre à peine notre repas de Noël

Pour cette institution sociale, ce nouveau bâtiment est aussi une forme de modernisation, loin des traditionnelles collectes en centre-ville : "On a forcément une nouvelle manière de travailler. On se réinterroge beaucoup sur notre manière de faire, à l’Armée du Salut. En Belgique, peut-être qu’on l’a moins fait depuis 20 ans parce qu’il faut du sang neuf, etc., et puis ça fait toujours peur d’investir. De plus, aujourd’hui, la société a complètement changé. Il y a une vingtaine d’année, c’était très facile de venir avec nos marmites et d’avoir des collectes, mais aujourd’hui les gens passent, ils nous sourient, nous disent ‘bonjour’, souvent nous disent qu’on a aidé quelqu’un de leur famille, mais ça en reste là. Aujourd’hui, quand on arrive à récolter 1000 euros, ça couvre à peine notre repas de Noël", précise Michael Druart.

Des bénévoles pour les services aux citoyens

L’Armée du Salut lance aussi un appel aux bénévoles pour les nombreux services qu’elle propose, comme le précise le responsable liégeois : "On cherche des bénévoles et là aussi on est attentif à la qualité de leur travail. Ça serait bien de trouver des infirmières, des enseignants, des gens qui ont une expérience professionnelle et qui ne vont pas trop s’investir dans l’association, dans le sens qu’il ne faut pas que leur investissement provoque des problèmes dans leur foyer. Tout le monde peut devenir bénévole à l’Armée du Salut. Ici, on démarre de rien, il va donc falloir trouver du monde".

Les éventuels candidats peuvent se rendre directement dans les nouveaux locaux à partir du 3 décembre.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK