Non au dumping social, une plate-forme liégeoise contre les négriers de la construction

www.facebook.com/nonaudumpingsocial
www.facebook.com/nonaudumpingsocial - © Tous droits réservés

C'est une initiative de la Chambre de la Construction de Liège. C'est un syndicat patronal. Mais il n'hésite pas à tenir un discours gauchiste. Ces entrepreneurs du bâtiment et des travaux publics se plaignent de la concurrence déloyale que livrent des pourvoyeurs de main d'œuvre, qui utilisent le mécanisme européen du "détachement", pour construire des immeubles ou tarmaquer des routes belges avec des travailleurs portugais ou roumains sous-payés.

"Pourtant, depuis février", indique le directeur, Adrien Dawans "une décision de la cour de justice a explicitement précisé qu'un travailleur d'un pays tiers, en détachement, doit être rémunéré selon le barème local. Ce n'est donc pas un problème européen, c'est un problème belge. Le gouvernement traine, peut-être pour des raisons idéologiques, peut-être parce que des partis de la coalition fédérale souhaitent une dérégulations du marché du travail."

Les cotisations sociales patronales, un mythe ?

Contrairement aux sempiternelles rengaines sur les charges sociales patronales trop lourdes, la Chambre de la Construction de Liège estime que ce n'est pas le problème essentiel. "Certes, les cotisations sociales sont élevées dans notre pays. Mais nous avons calculé le différentiel avec la moyenne des pays européens. Nous avons exclu les maltais, qui ont le taux le plus bas, et les français qui ont le taux le plus haut. Nous arrivons à un taux de 23,24%. C'est-à-dire à peine 7% de moins que nous. Ce n'est pas ça qui explique que des firmes étrangères soumissionnent deux à trois fois sous nos prix.... que des coffreurs portugais touchent 3 ou 4€ de l'heure. Pour éviter ça, il suffirait d'une ou deux modification dans la législation, pour lutter efficacement contre le phénomène, qui est particulièrement destructeur d'emploi, ici. "

Et de citer, par exemple, l'article 433 du Code Pénal. Il réprime la traite des êtres humains, et les atteintes à la dignité humaine. "Mais c'est une notion vague. Il n'est pas rare de voir, sur un chantier, des ouvriers logés dans des conteneur, ou obligés de travailler le dimanche. C'est un abus de faiblesse, de la faiblesse économique de ces gens, vu les conditions de vie des pays d'où ils proviennent. Pourquoi ne pas préciser que le non-respect du niveau des salaires est également une atteinte à la dignité humaine ? "

Garantir la rémunération

Autre proposition: actuellement, lorsqu'une infraction est constaté, un employeur dispose de 14 jours pour se mettre en règle. C'est, dans les faits, une fâcheuse limite au principe de responsabilité solidaire.....Ce délai permet à des maîtres d'œuvres, éventuellement, de changer de sous-traitant, et en tout cas, de ne jamais payer d'arriérés. C'est juste un article de loi à réécrire.

Sur la plate-forme lancée ce jeudi, la Chambre de la Construction de Liège a également publié des "clauses-types" que les particuliers peuvent insérer dans leur cahier des charges, pour leurs projets privés, pour s'assurer que les entrepreneurs auxquels ils ont recours ne se livre pas à du dumping social.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK