Noir Jaune Blues, et après? Le logement en tête des préoccupations des Malmédiens

Noir Jaune Blues, et après? Le logement en tête des préoccupations des Malmédiens
2 images
Noir Jaune Blues, et après? Le logement en tête des préoccupations des Malmédiens - © RTBF - Thierry Vangulick

A Malmedy, le tourisme fonctionne bien. Du coup, on a construit ou aménagé énormément d’habitations en gîtes. Il y en a plus de 600. Cette pression pèse sur les loyers qui sont déjà très élevés pour une petite ville. Ils tournent autour de 500 à 600 euros pour des habitations moyennes. Et ce sont surtout les retraités qui s’en plaignent.

Malmedy est la 6ème étape du périple Noir Jaune Blues de la RTBF. Pour cette première journée, nous nous sommes rendus au Scotch In, le bistrot où, tous les matins, les anciens viennent boire leur café et commenter les nouvelles du jour.

Et, dans ce bistrot, presque tous les clients nous disent la même chose: ici, c'est un vrai petit paradis. Pourtant, derrière cette belle image, s'en cache une autre, qui inquiète des retraités comme Marcel: "Il y en a dans la commune qui demandent depuis des années pour avoir une maison sociale. J'ai un copain, ici, qui disait qu'il doit absolument rester dans une maison sociale".

Or, les loyers ont beaucoup augmenté ces dernières années, la faute à la spéculation immobilière dit Roger Maréchal, retraité de l'armée, qui se veut un citoyen hyper vigilent: "Pour le moment, les appartements poussent comme des champignons. Les anciens fermiers qui habitaient dans les villages, ils viennent habiter Malmedy, ils ont un fameux bas de laine. Oui, mais dans 20 ans, les jeunes qui n'ont pas de travail, ils ne sauront jamais reprendre les appartements, et on risque d'avoir une bulle financière au niveau des appartements".

Le tourisme représente ici près de 30% de l'activité économique et ne cesse de se développer. Cette commune de 12.000 habitants compte à elle seule plus de 500 gîtes. Même le Qatar y investit. Comment gérer un tel développement? C'est l'un des défis majeurs pour que Malmedy reste cette ville où il fait si bon vivre.

Rappel des faits :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK