Nethys regrette "le bashing actuel" suite au scandale Publifin

Les trois administrateurs indépendants de Nethys: Philippe Delaunois, ex-CEO de Cockerill Sambre, Pierre Meyers, ancien vice-président de CMI et du groupe FN et Diego Aquilina, directeur d'Intégrale
2 images
Les trois administrateurs indépendants de Nethys: Philippe Delaunois, ex-CEO de Cockerill Sambre, Pierre Meyers, ancien vice-président de CMI et du groupe FN et Diego Aquilina, directeur d'Intégrale - © Marc Melon - RTBF

Un conseil d'administration à eu lieu ce mardi matin chez Nethys SA (Voo, BeTV, L'Avenir), la société privée chapeautée à 100% par Publifin. Société qui est depuis plusieurs semaines au cœur du scandale de rémunérations perçues par des mandataires politiques.

Peu avant 17h, Nethys s'est contenté d'une courte déclaration à la presse, sans entrer dans les détails de l'affaire.

Nethys ne mérite pas ce traitement destructeur

Dans un long communiqué écrit, les administrateurs de Nethys regrettent que l’on s’acharne ainsi sur la société. Ils estiment que cela pourrait nuire à une entreprise performante en région liégeoise et à ses projets économiques.

"Le bashing actuel crée de graves dommages à l'entreprise, à son personnel, à ses dirigeants et à ses actionnaires". Elle estime que le développement de ses activités depuis 2006 "ne mérite pas ce traitement destructeur de valeur".

Les administrateurs indépendants Diego Aquilina, Philippe Delaunois et Pierre Meyers appellent à "un retour à la sérénité et aux réalités économiques et sociales". Ils rappellent que Nethys est "une entreprise forte et reconnue" avec une chiffre d'affaires s’élevant à près d'un milliard d'euros. 

Rien à reprocher à Claude Parmentier

Les trois actionnaires jugent donc normal que l'on retrouve au conseil d'administration des personnes "aux compétences complémentaires" qui perçoivent "une juste rémunération, à la hauteur de leur responsabilité d'administrateur et dont le montant a été fixé par des experts extérieurs après une étude de marché minutieuse."

Enfin, pour Nethys, Claude Parmentier, administrateur et chef de cabinet démissionnaire du ministre Paul Furlan, a fait correctement son boulot au sein de la société.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK