Nethys dividende zéro: le groupe ne redistribue aucun argent à son actionnaire Enodia / Publifin

Nethys dividende zéro
3 images
Nethys dividende zéro - © Tous droits réservés

Nethys ne redistribue aucun argent à son actionnaire Enodia / Publifin. Nethys, c’est le groupe commercial qui appartient à l’intercommunale rendue célèbre par le scandale des comités de secteur. Nethys a tenu son assemblée générale le 25 avril dernier. Les résultats au 31 décembre 2018 y ont été présentés. Ces résultats, trop faibles, ne permettent pas de reverser un dividende à l’actionnaire intercommunal Publifin / Enodia.

En bas de colonne des comptes consolidés, Nethys affiche une perte nette de 0,3 million d’Euros (« bénéfice consolidé part du groupe »). La partie la plus rentable de Nethys, c’était RESA, le gestionnaire de réseau de gaz et d’électricité. Après le scandale des comités de secteur de Publifin, le gouvernement wallon a imposé à RESA de sortir de Nethys.

Les parties commerciales, dont Voo, les moins rentables

Nethys sans RESA est donc aujourd’hui constituée uniquement de ses parties commerciales. Et ce sont les moins rentables. La plus importante, Voo, ne rapporte pas d’argent, au contraire. La société, selon les chiffres obtenus par la RTBF, affiche une perte de 21,6 millions d’Euros. Pour les autres, seule Win affiche un résultat positif (2,8 millions). BeTV est en restructuration et perd 4,1 millions. Les Editions de l’Avenir perdent 11,3 millions. L’Avenir Développement en perd 5,4. Et la valeur de la créance sur Nice Matin est réduite. Elicio – la filiale « éoliennes » – perd elle aussi 4 millions d’Euros, même si son chiffre d’affaires a augmenté. Publilec perd 9,6 millions et la valeur de la participation dans EDFLuminus souffre des arrêts des centrales nucléaires.

Nethys a réduit la valeur de ses parts dans les Editions de l’Avenir (moins 9.615.000 Euros) et dans BeTV (moins 2.220.000 Euros). Le groupe affiche néanmoins pour l’exercice 2018 un résultat net positif de 94,5 millions, mais il a vendu des actifs pour plus que ça : 105 millions d’Euros pour Publigaz, Publi-T et TCL.

La rentabilité était dans RESA

L’ex-filiale RESA a elle aussi présenté ses comptes. Le GRD ne perd pas d’argent. Au contraire, il en gagne. Son résultat est positif : 58 millions d’Euros. Et il reversera un dividende de 18.800.000 son actionnaire public Publifin / Enodia.

Ces comptes ont fait grincer des dents. Des administrateurs de Publifin / Enodia se sont étonnés de disposer de seulement une heure pour tout digérer et valider. Une question a même surgi : ne s’est- « on » pas livré à un exercice d’écriture comptable pour prouver que réformer le groupe nuit à l’entreprise et à l’emploi ? Le conseil d’administration de l’intercommunale-mère a validé les comptes de sa filiale, mais pas à l’unanimité.

Ces résultats de Nethys tels qu’ils ont été présentés semblent corroborer ce qui se disait à propos de RESA : c’est l’électricité et le gaz qui rapportaient de l’argent au groupe. Nethys conteste qu'il s'agisse là d'une « subsidiation croisée » de sees activités commerciales. Mais c'est ce que le décret a voulu interdire. Et c’est pour l’empêcher que RESA se transforme en intercommunale séparée de Nethys.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK