Ne jetez pas vos bouchons en plastique, la société Eloy va les transformer

Ne jetez pas vos bouchons en plastique, la société Eloy va les transformer. Louis Eloy et ses collaborateurs mettent tout en oeuvre pour réceptionner et traiter au plus vite les bouchons en plastique. Ils se retrouveront dans trente-deux pays où les micro-stations d'épuration sont exportées depuis Sprimont.
4 images
Ne jetez pas vos bouchons en plastique, la société Eloy va les transformer. Louis Eloy et ses collaborateurs mettent tout en oeuvre pour réceptionner et traiter au plus vite les bouchons en plastique. Ils se retrouveront dans trente-deux pays où les micro-stations d'épuration sont exportées depuis Sprimont. - © Marc Mélon - RTBF

Surtout, ne jetez pas vos bouchons en plastique! Vous étiez nombreux à les garder au profit d'associations. Des bouchons qui étaient revendus à une entreprise de la région liégeoise. Mais elle arrête ses activités. Un autre industriel pourrait prendre le relais, la société Eloy, qui a grand besoin de plastique. 

La société Eloy est demandeuse

La société Eloy, implantée à Sprimont près de Liège, veut valoriser les bouchons en plastique.  L'entreprise a besoin de 600 tonnes de matières plastique par an.  Dans ce site de production, Eloy produit par jour 75 micro-stations d'épuration destinées à traiter les eaux domestiques.  Les bouchons récoltés seront transformés en supports bactériens. "Ces bouchons vont être broyés.  Après le broyage, ils vont entrer dans une machine d'injection.  La machine d'injection va créer le support bactérien que nous avons besoin pour mettre dans nos stations d'épuration.  Tous ces supports seront mis dans des filets en nylon, donc quelque chose d'imputrescible pour que ça reste des dizaines d'années sans soucis.  Les bactéries vont arriver à se former en film biologique sur ces supports et vont pouvoir capter, pour se nourrir, notre pollution.  On va, de cette manière-là, traiter 95% de la pollution de l'eau" explique Louis Eloy, administrateur délégué de la société Eloy.

Du beurre dans les épinards grâce à la solidarité

De nombreuses associations vendaient les bouchons à une entreprise de Herstal.  La société n'est plus intéressée économiquement par cette activité.  Pour les asbl, la vente permettait de mettre un peu de beurre dans les épinards.  Liliane Hardenne-Bossy, présidente de l'ASBL Do Mi Si La Do Ré, explique: "On se rend compte que d'année en année, on peut en récolter toujours de plus en plus parce qu'il y a vraiment une solidarité qui s'établit".

Si la société Eloi prend le relais, la ballon d'oxygène sera assuré

A Marchin, l'asbl "Do Mi Si La Do Ré", va construire un foyer pour accueillir, la nuit, des adultes handicapés. L'investissement est de 800.000 euros.  Depuis 2009, grâce à la vente des bouchons et en organisant différentes manifestations, l'asbl a récolté 300.000 euros. "Nous aurons encore besoin, dans les années à venir, d'argent pour faire fonctionner cette maison.  Après la construction, il y a le fonctionnement à assurer et nous aurons besoin de toutes les possibilités, toutes les sources possibles d'argent qu'on peut recevoir" explique Liliane Hardenne-Bossy.

Dès que possible

Louis Eloy et ses collaborateurs mettent tout en oeuvre pour réceptionner et traiter au plus vite les bouchons en plastique.
Ils se retrouveront dans 32 pays où les micro-stations d'épuration sont exportées depuis Sprimont.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK