Nandrin : la grande conspiration ?

Le nouveau bâtiment de l'administration communale, à Nandrin
Le nouveau bâtiment de l'administration communale, à Nandrin - © Administration communale de Nandrin

Un chef d’orchestre " querelleur et belliqueux ", " une ambiance de bac à sable ", bref " l’enfer " ! A Nandrin, les candidats aux communales ne manquent pas d’éloquence quand ils parlent de la mandature écoulée et du bourgmestre sortant. Nombre de ses anciens alliés sont aujourd’hui ses adversaires. Le cartel de 2012 a explosé. En 2018, cinq listes sont en concurrence.

Socialistes, chrétiens-démocrates et écolos sous une même bannière : le cartel préélectoral de 2012 était ambitieux, mais fragile. Très vite, il a volé en éclats. Au-delà des divergences de vue entre partis, c’est la personnalité même du bourgmestre, Michel Lemmens, qui aurait posé problème. Ses opposants s’accordent pour dire de lui qu’il rechigne à se concerter avec ses troupes, qu’il a le travail d’équipe en horreur.

" Chasse à l’homme "

De son côté, l’actuel bourgmestre, bien au courant de cette réputation que ses opposant veulent lui coller, dénonce une véritable " chasse à l’homme ". " Ils cherchent à donner une image négative de ma personne aux citoyens ", déplore Michel Lemmens. 

Lui préfère mettre en avant ses succès : " tous les points présentés par la majorité en conseil communal ont été adoptés, à l’exception d’un seul. La commune s’est désendettée, nous avons maintenu une fiscalité stable ". Autre motif de satisfaction : " la construction d’une nouvelle maison communale et la réalisation de terrains synthétiques ", un investissement de huit millions d’euros. Michel Lemmens tirera la liste " Bourgmestre + ", " + comme positif ", précise-t-il.

VIVrE Nandrin, la liste de l’ancien bras droit du bourgmestre

Il n’empêche, plusieurs anciens alliés lui tournent le dos. Et la principale défection vient d’un très proche. Daniel Pollain, l’actuel premier échevin quitte le navire et crée sa propre liste, VIVrE Nandrin. " Je me suis trompé ", estime-t-il en parlant de sa collaboration passée avec Michel Lemmens.

Calife à la place du calife

En plus d’être l’ex-allié du bourgmestre, il est socialiste comme lui. " Il veut être calife à la place du calife ", analyse Michel Lemmens.

Deux autres échevins s’associent au mouvement de Daniel Pollain : Charlotte Tilman, ex-écolo, devenue socialiste en cours de mandature et le libéral Benoît Ramelot. " Je ne serai pas bourgmestre tout seul ", promet Daniel Pollain. S’il est élu, il s’engage donc à consulter plus fréquemment le citoyen.

Ses priorités : remplacer les bâtiments préfabriqués de l’école communale Saint-Séverin par une structure en dur, construire une agora sportive et réaffecter les anciens bâtiments communaux.

Daniel Pollain se dit confiant, et a l’impression qu ’" il va se passer quelque chose ".

Tous ensemble et loin des conflits.

Lui aussi sent le vent tourner et a même le sentiment qu’il va être " la surprise de ces élections ". Eric Cop mène la liste, Tous Ensemble, qui occupe aujourd’hui cinq sièges dans l’opposition.  Les membres de la liste veulent à tout prix " éviter le conflit ". " On n’a de soucis avec personne ", annoncent ils en perspective d’une éventuelle alliance.

Une alliance de tous contre le bourgmestre ?

Le conseiller communal Marc Evrard tire la liste Pour Nandrin. Comme ailleurs, on retrouve au menu des priorités l’enseignement, la culture et le sport. Marc Evrard se verrait bien dans une majorité aux côtés d’Ecolo, de VIVrE ensemble ou de Tous ensemble. Bref, tout le monde pourrait faire l’affaire, à l’exception de la liste du bourgmestre. Une alliance de tous contre le bourgmestre ? " C’est ce qui se dit ", opine Marc Evrard.

Ecolo aussi a quitté le cartel de 2012. La liste se présente sous ses propres couleurs avec une équipe presque entièrement renouvelée. Gaëtane Demoitié – De Smidt, 29 ans, mène cette liste. Elle compte mettre la biodiversité et la mobilité douce en avant. L’actuel conseiller communal écolo Guy Brassel, poursuit l’aventure à ses côtés. Le climat de tension ne leur fait pas peur, " il y a beaucoup de nouveaux venus chez les candidats ", souligne Gaëtane Demoitié-De Smidt, positive.

Difficile jeu d’alliances

Le jeu des alliances s’annonce donc particulièrement complexe. Plus que pour tout autre, l’actuel bourgmestre Michel Lemmens risque de trouver l’exercice difficile. Pour lui, une alliance avec Ecolo ou avec la liste Tous ensemble est envisageable. Par contre il exclut formellement le scnéario de monter une majorité avec Marc Evrard ou Daniel Pollain comme bourgmestre. Dans un tel cas de figure, Michel Lemmens envisage sérieusement de jeter l’éponge. " Je ne suis pas un politicien professionnel ", affirme-t-il.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK