Muriel Targnion perdra-t-elle aussi son poste de bourgmestre ? L'évincer est bien dans les astres, mais ce ne sera pas facile

Muriel Targnion exclue du parti socialiste, ça ne veut toutefois pas dire qu’elle va automatiquement perdre son mandat de bourgmestre.

Muriel Targnion a été élue en 2018 sur la liste du PS et elle reste membre de ce groupe pour toute une série d’actes. Par exemple pour les motions de méfiance. Or, pour l’exclure du mayorat, il faut passer par une telle motion de méfiance. Encore faudrait-il pour cela réunir une majorité de 19 élus au sein des 37 membres du conseil communal. Ca ne s’annonce pas simple, ni au MR, ni au Nouveau Verviers, les alliés du PS qui avaient signé une motion contre Hasan Aydin et qui seraient éventuellement obligés de "remanger leur parole". Ce ne sera surtout pas simple au Parti Socialiste verviétois, qui s'était divisé en deux camps.

Aydin renoncera-t-il encore une fois ?

Si Muriel Targnion devait perdre le mayorat, selon le code de la démocratie locale, c’est son grand rival, Hasan Aydin, l’actuel président de CPAS, qui deviendrait bourgmestre. Ce n'est pas le plan préféré au Parti Socialiste. Le scénario qui se trouve sur la table, c'est de donner le poste de bourgmestre à un "vieil" élu, l'ancien échevin des finances Jean-François Istasse. Jean-François Istasse est l'un des anciens soutiens de Muriel Targnion. Il avait signé la motion contre Hasan Aydin avant de retirer sa signature.

Donner le mayorat à l'un des anciens dissidents, c'est un moyen de forcer les socialistes verviétois à l'unité. Mais ce moyen est hasardeux. Il implique qu'Hasan Aydin renonce une fois de plus au mayorat, comme il l'avait déjà fait en 2012 (quand le PS a signé un préaccord avec le MR) et 2015 (quand Muriel Targnion est devenue bourgmestre). Lors d'une réunion le 23 juillet dernier, le PS avait déjà demandé à Hasan Aydin de se désister en faveur de Jean-François Istasse. L'actuel président du CPAS avait alors fait savoir qu'il n'était pas intéressé. Mais le PS attend encore un éventuel "oui" d'Hasan Aydin.

Notez qu'un tel scénario suppose aussi le désistement de l’échevine Sophie Lambert, qui s’était présentée à la troisième place sur la liste PS. Sophie Lambert est un des actuels soutiens de Muriel Targnion et devrait dans ce cas renoncer aussi à son échevinat.

Hasan Aydin a souvent été acccusé de jouer cavalier seul dans ses décisions. Dans la majorité sortante, les signateurs de la motion lui reprochent aussi un comportement irrespectueux envers des élus ou des membres de l’administration. " Il n’est plus possible de travailler avec lui ", avaient affirmé les trois partis de la majorité début juillet. Certains élus ont depuis fait marche arrière, à commencer par Muriel Targnion elle-même, voyant que la motion de méfiance déposée contre Hasan Aydin n’avait plus aucune chance d’être approuvée. 

Exclue mais encore bourgmestre ?

Si la bourgmestre verviétoise a été sanctionnée par le PS fédéral, c’est parce qu’elle n’a pas obéi aux injonctions qui lui étaient faites de ne pas changer sa majorité en excluant certains PS et en y faisant entrer le cdH. Cette "nouvelle" majorité a perdu sa majorité avant d'être installée. Sa cheffe de file n'est plus membre du PS. Le Parti Socialiste va essayer de faire perdre son mayorat à Muriel Targnion. Muriel Targnion peut être tentée de rester malgré son ancien parti. Chacun des deux camps est occupé à étudier le code de la démocratie locale pour gagner la partie d'échecs.

Duplex et réaction de Muriel Targnion dans notre 13h de ce 30 juillet

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK