Muriel Targnion critique vertement la volonté du PS de la remplacer grâce à un "subterfuge"

Muriel Targnion pas prête à baisser les armes
Muriel Targnion pas prête à baisser les armes - © RTBF - François Braibant

La bourgmestre de Verviers, Muriel Targnion, est revenue mercredi lors d’une conférence de presse sur la situation politique particulièrement tendue à Verviers. Elle attaque violemment la manière dont le parti socialiste veut s’y prendre pour la mettre hors jeu. 

"Il n'appartient pas aux politiques de faire de l'ingéniérie légale pour contourner la loi !" Muriel Targnion dénonce le mécanisme que le PS imagine pour la priver de son poste de bourgmestre en faveur de Jean-François Istasse. Explications.

Exploiter une faille dans la loi

Le code de la démocratie locale interdit aux trois premiers élus d'une liste de refuser le poste de bourgmestre. S'ils le font, ils ne peuvent plus être échevins. Si Muriel Targnion n'est plus bourgmestre, le deuxième élu socialiste, c'est Hasan Aydin. Mais comme c'est à propos de lui que le collège s'est déchiré, le PS ne veut pas d'Aydin comme bourgmestre de Verviers, pas plus qu'il ne veut de Sophie Lambert, troisième.

Problème : si Hasan Aydin refuse d'être bourgmestre, il ne peut plus présider le CPAS. Si Sophie Lambert refuse d'être bourgmestre, elle ne peut plus rester échevin. Or, le PS a besoin des voix de ces deux mandataires pour mettre en place une nouvelle majorité sans Muriel Targnion. Pas question de les mécontenter. Le PS doit donc trouver un mécanisme, qui n'est pas dans la loi, pour leur permettre de ne pas être bourgmestre tout en gardant leurs postes, président de CPAS pour l'un, échevine pour l'autre. Le PS pense avoir trouvé la "faille dans la loi".

Pour Muriel Targnion, c'est un éléphant dans un corridor et elle tire au canon : "Les patrons peuvent faire de l'ingéniérie fiscale, il ne nous appartient pas, à nous les politiques, de faire de l'ingéniérie juridique pour contourner la loi.[...] c'est bien plus grave que la motion de méfiance que j'avais préparée dans le cadre et le respect de la loi." 

Celle qui est toujours bourgmestre de Verviers ajoute que le code de la démocratie locale a été préparé et voté par des élus socialistes. Si le mécanisme pour le contourner est validé explique-t-elle, les partis pourront de nouveau choisir les bourgmestres qui les arrangent sans plus tenir compte des voix de préférence et c'est exactement le contraire de ce qu'impose la loi : "c'est toute la législation initiée par le ministre Furlan et votée par le PS à l'unanimité qui volera en éclats" en 2024. Elle rappelle le "claquage de porte" de la tutelle par Marc Goblet "qui ne trouve pas ça éthique".

Elle dit avoir prévenu le parti avant sa motion de méfiance

Muriel Targnion a ensuite expliqué qu'avant de proposer sa motion de méfiance contre le président socialiste du CPAS, elle avait demandé l'aval de son parti. "Il y avait un dysfonctionnement entre la Ville et le CPAS qui mettait les finances de la Ville en danger. Quand vous êtes chef d'une équipe, face à un tel dérapage, vous prenez les sanctions qui s'imposent. J'ai contacté le PS national avant de faire cette motion de méfiance. On m'a dit de prendre mes responsabilités de bourgmestre et on m'a dit que le PS national n'interviendrait pas."

Muriel Targnion ne prononce pas le mot "complot", mais elle estime que "tout cela démontre que c'était organisé de longue date, qu'il y avait là-derrière un petit jeu dont personne n'est dupe, par deux ou trois personnes" qui voulaient la mettre dehors. Deux ou trois personnes qu'elle ne nomme pas, "dans la région de Verviers, qui depuis un certain temps regrettent qu'Alexandre Loffet préside la fédération ou, pour leurs propres intérêts, veulent prendre la main à Verviers." En ce qui concerne son exclusion, "les dés étaient pipés".

La bourgmestre entreprend de démonter ce qu'elle considère comme du storytelling, une histoire racontée de manière à lui faire du tort. En quatre points : l'affaire Francken, sa présidence d'Enodia (Publifin), son absentéisme et sa désobéissance. Sur l'affaire Francken, elle considère normal, pour une femme de gauche, de manifester contre un nationaliste flamand, c'est son droit constitutionnel. Elle cite un texte de Malik Ben Achour qui lui accordait son "soutien total" dans l'affaire. Elle ne le cite pas de manière innocente : elle considère Malik Ben Achour comme son adversaire le plus important au PS de Verviers.

Redresser son image, raconter l'histoire autrement

Muriel Targnion tente ensuite de redresser son image dans l'affaire Enodia (Publifin) : c'est son parti qui lui a demandé d'y aller. Tous les élus socialistes y votaient ensemble. Elle a demandé des rendez-vous et des consignes au Boulevard de l'Empereur (le siège national du parti) en vain. Sur son absentéisme, la bourgmestre explique qu'elle a été malade et elle s'étonne que des gens de gauche le lui reprochent. Sur sa désobéissance, elle estime avoir été exclue pour avoir outrepassé un mail du secrétaire général. Selon Muriel Targnion, le parti "fait primer la docilité sur la compétence".

Muriel Targnion se vante de recevoir des messages de soutien par dizaines, venus "de partout, de socialistes qui disent qu'ils ne voteront jamais plus PS, de gens qui ne votaient pas PS, de gens qui disent prier pour moi et qui sont de toutes les confessions. Ce qui se passe n'est pas ce que les gens veulent. Ca fait le jeu des extrêmes. Ca va être la cata en 2024 si on ne se ressaisit pas. Tous ceux qui joueront à ces jeux anti-démocratiques seront sanctionnés" prophétise la bourgmestre désormais indépendante de Verviers.

Elle ne partira pas d'elle-même

Elle rappelle que son collège est encore en place et se dit prête à retravailler avec Hasan Aydin comme échevin, mais plus comme président de CPAS. Muriel Targnion n'envisage pas de faire d'elle-même un pas de côté. En ce qui concerne le mécanisme que le PS utilisera pour placer Jean-François Istasse dans le fauteuil de mayeur sans priver Hasan Aydin et Sophie Lambert de leurs échevinat et présidence, Muriel Targnion annonce "étudier et envisager une action en justice". 

 

Article mis à jour à 18h45


 

 

La bourgmestre de Verviers, Muriel Targnion, exclue du PS (JT du 30/07/2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK