Mouvement de grève bien suivi à la prison de Lantin

Les responsables syndicaux prennent la parole ce matin devant la prison de Lantin, en présence de candidats aux élections.
Les responsables syndicaux prennent la parole ce matin devant la prison de Lantin, en présence de candidats aux élections. - © Photo Marc Mélon RTBF

Le mot d’ordre d’arrêt de travail dans les prisons du royaume est très largement suivi, depuis ce mardi matin. Plusieurs dizaines de gardiens de différents établissements francophones se sont rassemblés à Lantin. A l’origine de ce mécontentement, la surpopulation carcérale, mais également le service carcéral minimal, récemment voté par le parlement. C’est en tout cas ce qui a alimenté les conversations au piquet de grève.

« Avec le gouvernement que nous connaissons, ils sont en train de saboter tous les services publics, et ici on en arrive au niveau des prisons. Sans avoir le nombre requis d’agents pénitentiaires, le service n’est pas bien assuré », explique une gréviste.

« Ce qu’on dénonce, c’est la nouvelle loi pénitentiaire. Le Parlement a voté un service minimum et il va falloir des arrêtés ministériels de mise en application de cette loi. On voudrait donc aussi faire pression sur nos futurs élus pour que ces arrêtés ne soient jamais d’application. Pour moi, ce service minimum est un réel problème car ça ne résoudra rien puisque nous n’avons pas les infrastructures et nous n’avons pas le personnel qu’il faut pour assurer toutes nos missions », dénonce un autre participant.

« Comment voulez-vous faire un service minimum quand vous n’avez déjà pas le cadre requis pour toutes les prisons ? », interpelle une autre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK