Médiation de dette à Verviers: nouveaux locaux pour un service qui fonctionne

La Maison sociale de l'Energie et de la Médiation de dette est implantée rue de Pepinster, à Verviers
La Maison sociale de l'Energie et de la Médiation de dette est implantée rue de Pepinster, à Verviers - © RTBF - Olivier Thunus

Les nouveaux locaux de la Maison sociale de l'Energie et de la Médiation de dette du CPAS de Verviers ont été inaugurés ce jeudi. Ils sont implantés dans l’ancienne maison de repos Sainte-Elisabeth à Ensival. Il est possible d'y trouver des conseils en matière d'énergie, mais aussi de bénéficier d'une aide pour gérer ses dettes. Et la médiation de dette, c'est un service malheureusement mais aussi heureusement à succès.

Malheureusement, parce que beaucoup de gens font appel à lui, et heureusement parce qu'un bon nombre de ces personnes arrivent aussi à s'en sortir grâce à l'aide mise en place. Cette aide fonctionne en deux temps : tout d'abord la constitution du dossier administratif, ensuite la partie sociale avec l'étude approfondie du dossier et la proposition d'un plan de remboursement. Quant au public, il est varié.

Nous accueillons tout type de public qui habite sur le territoire de Verviers, qui n’est pas indépendant et qui a plus de 18 ans. C’est vraiment tout public. On peut recevoir une personne qui bénéficie du CPAS comme une autre qui a un très bon salaire. Par semaine, nous avons environ sept nouvelles demandes ", détaille François Bodeux, membre du service.

Les dettes sont très importantes car les intérêts sont très importants et les personnes ne font pas appel à nous dès qu’elles reçoivent les nouvelles factures. Quant aux délais pour solder un dossier, cela peut prendre du temps comme cela peut aussi aller très vite. Nous avons des personnes qui sont là depuis de nombreuses années et d’autres pour qui ça peut aller très rapidement car les personnes sont très volontaires et prêtes à se serrer la ceinture pendant quelques mois, voire un an, pour arriver à rembourser le plus rapidement possible ".

Le nombre de personne faisant appel à la médiation de dette est en croissance. Il y a donc beaucoup de demandes, et dans bon nombre de cas, cela fonctionne plutôt bien. En fait, il y a deux catégories de bénéficiaires : ceux qui ne mettent pas beaucoup de bonne volonté ou ne sont pas prêts à faire les efforts demandés. Pour eux, pas de miracle, c'est très compliqué. Et puis il y a ceux qui se montrent motivés et qui s'en sortent réellement. C'est ce dont témoigne David. Il bénéficie actuellement de la médiation de dette.

Témoignage

Je suis venu dans ce service suite à une séparation il y a environ sept ans d’ici. Au départ, je pensais m’en sortir tout seul et finalement je me suis rendu compte que j’étais vraiment trop loin dans mes problèmes. Là, je n’ai vraiment plus eu le choix. Les dettes représentaient une somme de 35.000 euros ", explique-t-il.

La solution proposée était plus que viable parce qu’avant, je faisais mon mois complet avec 100 euros pour moi et mes deux enfants. Ici, je suis parvenu à avoir plus de moyens et à avoir plus facile, tout en remboursant les dettes. Actuellement, il me reste environ deux ans à payer puis j’aurai tout remboursé. J’attends ce moment avec impatience car ça permettra de repartir à zéro. En fait, avec ce service, de fil en aiguille, on apprend à mieux se gérer et ça va beaucoup mieux ", témoigne-t-il.

Le premier conseil donné tant par les agents que par les bénéficiaires, c'est de ne pas attendre qu'il soit trop tard pour faire appel à l'aide de la médiation de dette. Un service similaire existe normalement dans toutes les communes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK