Mauro Lenzini : loin des 2000 emplois promis au Trilogiport

capture d'écran du site du port autonome de Liège
capture d'écran du site du port autonome de Liège - © tous droits réservés

Entre 50 et 100 emplois. C'est ce que le groupe Jost compte créer, dans un premier temps, sur le site du Trilogiport. Le groupe logistique a acheté la moitié de la surface de la nouvelle plate-forme. Et déjà, il fait face à la critique. Ce sont 2000 emplois qui avaient été promis. Le bourgmestre d'Oupeye Mauro Lenzini a appliqué une règle de trois et il a trouvé... beaucoup moins de travail que prévu : "On arrive, au total, à quatre cents emplois. Ce n'est pas suffisant. Alors, ces quatre cents emplois, si ce sont des emplois non qualifiés pour des liégeois et des bassimosans, c'est très bien, mais si en plus là-dedans, on compte des emplois de chauffeurs de camion de l'est, polonais ou ukrainiens, ce n'est pas ça l'objectif de la reconversion du bassin liégeois."

Tout dépendra du type d'emplois créés

Chez Jost, on nuance. C'est vrai que des halls de stockage à long terme, ça fournit peu d'emplois. Tout va dépendre du type de travail développé sur le site. Avec des filières à plus forte valeur ajoutée, l'emploi pourrait monter jusqu'à 500 postes sur la moitié de la surface du Trilogiport. Multiplié par deux, ça ne donne toujours pas 2000 embauches. Rendez-vous dans quelques années quand toutes les surfaces du Trilogiport seront vendues pour confronter les promesses aux emplois réellement créés.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK