Malmedy: le sport comme facteur d'intégration sociale

A Malmedy, le CS Bellevaux-Ligneuville, club de football de 4ème provinciale liégeoise, a eu l'idée d'intégrer dans le club des jeunes réfugiés.
A Malmedy, le CS Bellevaux-Ligneuville, club de football de 4ème provinciale liégeoise, a eu l'idée d'intégrer dans le club des jeunes réfugiés. - © RTBF - Martial Giot

A Malmedy, le CS Bellevaux-Ligneuville, club de football de 4ème provinciale liégeoise, a eu l'idée d'intégrer dans le club des jeunes réfugiés accueillis au centre pour mineurs non accompagnés installé par la Croix-Rouge en octobre dernier dans un ancien hôtel du village de Ligneuville.

Ce projet a valu au club d'être sélectionné par le fonds Jo Vanhecke, qui soutient des projets luttant contre le racisme ou inculquant les valeurs sociales aux jeunes joueurs, par exemple. Ce fonds est géré par la Fondation Roi Baudouin. A la clé: 3000 euros.

Premier entrainement

Jeunes réfugiés et jeunes joueurs du CS Bellevaux-Ligneuville ont eu leur premier entrainement commun ce dimanche matin. "Ils sont déjà intégrés au niveau scolaire, et le but, c'est qu'ils puissent venir faire du sport" explique Daniel Marenne, président du CS Bellevaux-Ligneuville. "Sur les 46 enfants, il y en a une vingtaine aujourd'hui qui veulent faire du football, et on veut leur donner la possibilité de faire ça dans de bonnes conditions. Une chose qui est aussi très importante, c'est d'avoir une mixité avec nos enfants. J'ai eu des jeunes de nos équipes qui sont venus me trouver en disant qu'il faudrait qu'on fasse quelque chose. Ça fait plaisir, ça veut dire qu'on n'est pas dans le faux. Il y a des Syriens, des Afghans, mais aujourd'hui, je vois des enfants qui jouent au football".

"La possibilité d'avoir une collaboration structurée à plus long terme grâce à ce fonds qui vient d'être octroyé, c'est une aubaine pour les jeunes qui vont pouvoir être intégrés à part entière avec d'autres jeunes et aussi pour l'intégration du centre Croix-Rouge dans la commune de Ligneuville" souligne Patricia Perrin, qui dirige le centre pour mineurs étrangers non accompagnés. "Les jeunes sont très demandeurs d'activités sportives comme celles-là, et surtout de foot. D'ici deux semaines, ils seront tous inscrits dans des clubs sportifs de la région, que ce soit foot, volley ou piscine".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK