Maison Rigo à Liège: un recours au Conseil d'Etat pour éviter la démolition

Maison Rigo à Liège: un recours au Conseil d'Etat pour éviter la démolition
Maison Rigo à Liège: un recours au Conseil d'Etat pour éviter la démolition - © Google Maps

Les asbl "Le Vieux Liège" et "SOS Mémoire de Liège" viennent d'introduire un recours au Conseil d'Etat contre le permis de démolir la Maison Rigo à Liège, accordé le 28 juin dernier par la Région wallonne à l'intercommunale Ecetia.

Il s'agit d'un hôtel particulier construit en 1918 dans un style néo-mosan intégrant des éléments authentiques des 17ème et 18ème siècles. Un bâtiment situé juste à côté de la nouvelle tour des Finances et que la Ville de Liège souhaite démolir pour une question de perspective entre la nouvelle passerelle et la gare des Guillemins.

Valeur patrimoniale

Pour la Ville, cette maison Rigo, c'est du faux-vieux et cela gâche la perspective entre la passerelle et la gare des Guillemins. Des arguments balayés par les asbl. Mais c'est sur le côté juridique que le permis est attaqué en suspension et en annulation.

"D’abord, c’est l’intercommunale Ecetia qui a demandé le permis de démolir, en dehors de son objet social. Ensuite, le deuxième argument est l’absence d’évaluation globale du projet. Enfin, il y a une absence de prise en considération du patrimoine car permis ne dit pas un seul mot sur la valeur patrimoniale de ce bien" explique Maître Alain Lebrun, avocat des deux associations.

Une brasserie

Si la maison devait être conservée, les asbl ont des affectations à proposer. "Nous y voyons principalement une brasserie, tout le monde va passer par là, les étages peuvent accueillir des services, des bureaux, un restaurant, des expos. Vous pouvez y mélanger culture et tourisme où le petit train pourrait venir chercher les gens. C’est l’idéal pour un point touristique. Les idées ne manquent pas mais nous attendons la volonté politique" explique Madeleine Mairlot, présidente de SOS Mémoire de Liège.

Le Conseil d'Etat pourrait rendre sa décision d'ici six mois. Le recours n'est pas suspensif.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir